Autoconsommation : point d’étape sur la réflexion de la CRE

Print Friendly, PDF & Email
Domitille Bonnefoi, directrice des réseaux, CRE

Entretien avec Domitille Bonnefoi, directrice des réseaux de la Commission de régulation de l’énergie (CRE). 

« Quel degré de solidarité énergétique acceptera-t-on de passer à la trappe ? » s’interrogeait, avec son franc-parler habituel, Jean-François Carenco, lors du lancement du colloque organisé par la Commission de régulation de l’énergie (CRE) sur l’autoconsommation, le 12 septembre. Le président de la CRE évoquait dans la foulée le risque d’un « communautarisme énergétique ». L’instance de régulation de l’énergie est-elle arc-boutée sur un modèle appartenant au passé comme le pensent certains pionniers de l’autoconsommation ? En fait, sa position paraît nuancée et plutôt ouverte sur la question, mais sous certaines conditions.

GreenUnivers : Comment définiriez-vous aujourd’hui la doctrine de la CRE à l’égard de l’autoconsommation ?

Domitille Bonnefoi : Nous souhaitons un développement maîtrisé de l’autoconsommation. Il doit éviter deux écueils : d’une part les effets d’aubaine, comme cela a été le cas dans le secteur photovoltaïque et de l’autre, les barrières à l’entrée, qu’une réglementation inadaptée pourrait dresser. Il nous faut concilier l’intérêt des autoconsommateurs et celui de la collectivité.

GU : La CRE souhaite-t-elle maintenir à tout prix la péréquation tarifaire  ?

DB : Cette péréquation tarifaire structure le système de distribution électrique. Chacun paie le même prix quel que soit le lieu de soutirage. Faut-il encourager les autoconsommateurs aisés à se désolidariser du réseau ? Nous ...