Double nomination à l’international chez Finergreen

Print Friendly, PDF & Email
Jean-Jacques Ngono, responsable de projet pour la zone Afrique. (crédit : Finergreen).
Jean-Jacques Ngono (Crédit : Finergreen)

Finergreen, société de conseil spécialisée dans l’ingénierie financière des projets d’énergies renouvelables, se lance à l’international. Et pour cela, elle a recruté deux managing partners, l’un pour l’Afrique, l’autre pour la région MENA (Middle East and North Africa).

En poste à Abidjan (Côte d’Ivoire) depuis 5 ans, Jean-Jacques Ngono prend en charge la nouvelle filiale de Finergreen en Afrique.

Titulaire d’un Master finance d’entreprise et ingénierie financière de l’université de Dauphine, Jean-Jacques Ngono a débuté sa carrière en France où il a occupé différentes fonctions pendant deux ans dans la finance (LCL, FSI ou encore Rothschild). Il a ensuite travaillé à Abidjan pour deux grands acteurs de l’investissement : Emerging Capital Partners (ECP) de 2011 à 2015, puis Oppenheimer en 2015 en qualité de consultant pour les infrastructures en Afrique.

                                                                             ——————————–

Mahsa Darani, responsable de la zone MENA. (crédit : Finergreen).
Mahsa Darani (Crédit : Finergreen)

Franco-Iranienne, Mahsa Darani va accompagner le développement de Finergreen dans la région MENA. Elle est titulaire d’un doctorat de sciences économiques sur la transition énergétique de l’Iran de l’université de Rennes 2 et d’un master en intelligence économique et communication stratégique de l’Institut d’administration des entreprises de Poitiers.

Elle travaille depuis plus de cinq ans comme consultante spécialisée sur les marchés iranien et jordanien. Elle compte également à son actif des expériences chez SFR et Verizon. « L’Iran est un pays qui dispose d’immenses ressources de gaz et de pétrole, mais l’action gouvernementale nous laisse penser que le secteur des EnR est promis à un bel avenir dans ce pays », déclare Masha Darani dans un communiqué. La levée des sanctions économiques et financières à l’encontre de l’Iran en début d’année ouvre en effet de nombreuses perspectives dont les acteurs européens des énergies renouvelables comptent bien profiter.