[Exclusif] Les start-up des cleantech attendent beaucoup de la Cop21

Print Friendly, PDF & Email

Observatoire65% des start-up françaises des cleantech estiment que la prochaine Cop21 de Paris est une vraie opportunité pour elles, selon les résultats du 4eme Observatoire des start-up françaises des cleantech de GreenUnivers. Ces jeunes sociétés estiment que la conférence de l’ONU sur le climat, en décembre 2015, constituera une belle vitrine pour promouvoir leur savoir-faire et une occasion de rencontrer des partenaires ou prospects étrangers.

Il s’agit là de l’un des enseignements de ce 4ème observatoire, dont les résultats ont été dévoilés le 3 mars à l’occasion d’une soirée spéciale organisée par GreenUnivers, le réseau de business angels DDIDF et l’association de promotion des cleantech CleanTuesday, dans l’auditorium de Bpifrance, avec le soutien de KIC InnoEnergy, Demeter Partners et Emertec Gestion.

GreenUnivers a créé l’Observatoire des start-up françaises des cleantech en 2011. Enrichi chaque année, il recense 718 sociétés dont 593 fondées depuis 2008 sur lesquelles a porté l’enquête 2015, réalisée en février dernier. Voici quelques-une des tendances 2015, avec le document complet en fin d’article.

EnR et efficacité énergétique en tête

21% des start-up du panel sont dans le champ des énergies renouvelables, qui restent le premier secteur même s’il a perdu du terrain (42% des start-up en 2011). Vient ensuite l’efficacité énergétique avec 20% (même proportion qu’en 2011) puis les transports qui gagnent du terrain avec 16%, contre seulement 10% en 2011.

C’est en Ile-de-France que se crée le plus grand nombre de sociétés des cleantech : 35% de notre panel, devant Rhône-Alpes (15%) et Paca (11%).

Une bonne résilience mais un poids économique modeste

Sur les 593 sociétés fondées depuis 2008, seules 14% ont été liquidées ou radiées. En revanche, le poids économique de ces entreprises reste encore modeste : si 53% sont au stade de la commercialisation, 47% ont fait moins de 100.000€ de chiffre d’affaires 2014. Mais les start-up n’ont pas peur de partir à l’international : 43% y réalisent une part de leur chiffre d’affaires.

Quatre entreprises sur dix ont moins de 5 salariés à plein temps. Mais il s’agit dans la grande majorité des cas de CDI.

L’open innovation progresse

56% des start-up ont collaboré avec un grand groupe en 2014, contre 50% en 2013. Et 46% avec une ETI, contre 30% un an auparavant. La plupart du temps, il s’agit de co-développement ou d’une relation client/fournisseur. Dans 10% des cas, ce partenariat va jusqu’à une prise de participation.

Des besoins d’argent toujours importants

Ce n’est pas nouveau : les cleantech sont globalement des secteurs très capitalistiques. 72% des start-up ont obtenu un financement public en 2014, qui est dans la majorité des cas une subvention. 46% ont levé des fonds, dont 16% plus d’un million d’euros.

73% prévoient de collecter des fonds en 2015. Parmi elles, 19% songent à faire appel au crowdfunding et 5% envisagent une IPO en 2015 ou 2016.

Consultez les résultats complets de l’Observatoire 2015 des start-up des cleantech (PDF ici) ou ci-dessous. 

Obs 2015 présentation mise en ligne