Appel d’offres éolien offshore : verdict dans moins d’un mois !

Print Friendly, PDF & Email

C’est entre le 10 et le 15 avril que le gouvernement devrait dévoiler les résultats très attendus du premier appel d’offres éolien offshore français, selon des sources concordantes. La Commission de régulation de l’énergie (CRE) met les bouchées doubles pour boucler d’ici à fin mars l’examen des dix dossiers déposés le 11 janvier pour l’installation de 3 GW. Elle attribuera une note à chaque dossier en fonction de trois grands critères : le prix d’achat de l’électricité (40%), la qualité du projet industriel (40%) et l’insertion des projets dans leur environnement maritime (20%).

La CRE transmettra ensuite son verdict au gouvernement, qui s’est engagé à publier les résultats avant le premier tour de l’élection présidentielle, le 22 avril. Des allers-retours entre le gouvernement et la CRE sont possibles avant l’annonce officielle des résultats. Les notes obtenues par chaque dossier ne devraient pas être dévoilées, au grand regret de certains compétiteurs.

Ce premier appel d’offres français entraînera un investissement total de la part des entreprises d’environ 10 milliards d’euros. Trois grands consortiums ont présenté au total dix offres sur les cinq zones ouvertes à la compétition.

L’équipe EDF EN/ Dong Energy/ Alstom vise quatre zones (Fécamp,  Courseulles-sur-Mer, Saint-Brieuc, Saint-Nazaire). Son grand concurrent, le consortium GDF Suez/Vinci/CDC Infrastructure vise également quatre zones, trois avec Areva comme turbinier (Le Tréport, Courseulles-sur-Mer, Fécamp) et une dernière avec Siemens (Saint-Brieuc). Enfin, le troisième consortium en lice, piloté par Iberdrola/Eole-Res avec Areva pour les turbines, est candidat sur deux zones (Saint-Brieuc, Saint-Nazaire).

Outre cet appel d’offres éolien offshore, les équipes de la CRE ont en tout cas du pain sur la planche : elles doivent aussi examiner les multiples dossiers (près de 4 GW) déposés le 8 février dernier dans le cadre de l’appel d’offres solaire pour les installations supérieures à 250 kW.