Prochaine cotation d’un fabricant US de moteurs électriques (Premium)

Print Friendly, PDF & Email

Sans doute séduit par le succès en Bourse de Tesla Motors, audacieux constructeur californien de voitures électriques, son compatriote le fabricant centenaire de moteurs ...

Remy International va se lancer à Wall Street, où il espère lever 100 millions de dollars.

Fabricant indépendant, mais ancienne filiale de General Motors, Remy produit des starters, des alternateurs, et s’est lancé en outre dans les moteurs électriques et hybrides. Pour cette nouvelle activité, il compte parmi ses clients l’allemand Mercedes (Daimler), General Motors, Allison Transmission ainsi que la start-up de voitures électriques Aptera. Il vient aussi de s’allier avec le fabricant de motos MotoCzysz pour produire des motos électriques prévues mi-2011.

En 2009, Remy avait reçu une subvention de 60 millions de dollars du Département de l’Energie pour développer ses technologies. Le groupe est solidement installé, avec un chiffre d’affaires de 1,1 milliard en 2010 et un bénéfice net de 21,19 millions, en forte progression par rapport à 2009 où ses ventes atteignaient 910,7 millions et un bénéfice de 14 millions. Remy s’est séparé de GM en 1994, après avoir été sa filiale pendant 75 ans.

L’annonce de Remy participe au redémarrage des IPO des cleantech aux Etats-Unis, après un annonce similaire du fabricant de biocarburants à base d’algues Solazyme, dans le sillage de celles d’Amyris et de Gevo (Voir notre Repère: Fortunes et déceptions des introductions des cleantech en Bourse).

Mais Remy sera un cas à part parmi les candidats en Bourse ayant ne fut-ce qu’un pied dans les cleantech : une société solide, rentable, à la technologie bien établie, tout ce que Wall Street n’a pas vu depuis longtemps – Tesla compris.

La seule branche nouvelle de Remy est celle des moteurs pour les voitures tout-électriques, comme celles d’Aptera, petit constructeur de modèles électriques légers qui ne fait plus beaucoup parler de lui mais qui espère être renfloué par un prêt garanti du Département de l’Energie. Remy a précisé qu’en 2010 seulement 3% de ses ventes portaient sur des moteurs hybrides électriques.

La société veut utiliser les fonds tirés de son introduction pour rembourser ses dettes et peut-être procéder à des acquisitions.