L’Inde annonce un « plan solaire » de 20 GW pour 2020

Print Friendly, PDF & Email

Le gouvernement indien veut rattraper son retard dans le solaire, et surtout concurrencer son grand rival, la Chine: dans ce pays aux déserts constamment ensoleillés, mais où pour l’instant l’energie solaire est pratiquement inexistante, le gouvernement a finalement approuvé un plan baptisé National Solar Mission qui s’est fixé pour objectif 22 GW d’énergie solaire d’ici 2022.

Le pays envisage également de fixer des tarifs subventionnés  d’achat de l’électricité solaire et éolienne en 2010.

Une première phase de 1,3 GW est prévue pour mars 2013, comprenant 1 GW de grandes centrales solaires au sol connectées au réseau,  100 MW de toits solaires et petites centrales et 200 MW d’installations locales non raccordées au réseau électrique.

Le cabinet n’a pour l’instant approuvé que le financement de cette première phase (soit environ 950 millions de dollars) , qui devrait voir  participer de grands groupes comme National Thermal Power Corporation.

Au lieu de la date de 2020 initialement envisagée, le gouvernement indien a repoussé son objectif final à 2022. Autre changement par rapport aux premières pistes étudiées, il a renoncé à taxer l’énergie fossile, ce qui a généré des doutes quant au financement du programme. La question reste aussi de savoir si le réseau électrique indien, souvent vétuste, sera capable de gérer le transport de l’énergie solaire.

Pour l’instant l’Inde n’a installé que 5 MW d’énergie solaire raccordée au réseau, et ne compte qu’une poignée de groupes indien dans ce secteur, dont Tata BP Solar et Bharat Heavy Electricals.

Plusieurs projets de grande taille, dont l’un qui vise 5 GW dans l’Etat du Gujarat, avaient été évoqués dès 2008 mais restent en suspens depuis.

Le plan solaire veut aussi attirer les fabricants d’équipement solaire, développer les chauffe-eau solaire dans le pays (pour atteindre 15 millions de m2 de chauffe-eau solaire d’ici 2017) , l’éclairage solaire (20 millions d’installations en zone rurale d’ici 2022).