Record de brevets aux Etats-Unis

Print Friendly, PDF & Email

CEGPI274 brevets ont été déposés aux Etats-Unis au deuxième trimestre 2009, selon le « Clean energy patent growth index » (CEGPI), publié chaque trimestre par le cabinet de propriété industrielle Heslin, Rothenberg, Farley & Mesiti et le Cleantech group. C’est un record depuis la création de cet indice en 2002 qui témoigne de la bonne santé des cleantech, dopées par les subventions et mesures de soutien du plan de relance Obama. Lors du premier trimestre, 243 brevets avaient été déposés.

Une nouvelle fois, ce sont les innovations sur les piles à combustible qui ont été les plus nombreuses, avec 156 brevets, 23 de plus qu’au premier trimestre.

Loin derrière, l’éolien arrive en deuxième position avec 43 brevets, devant le solaire (36), deux secteurs en hausse par rapport au premier trimestre. A un moindre niveau, la géothermie et l’énergie marine ont également enregistré un plus grand nombre d’innovations reconnues par les autorités américaines.

L’un des rares secteurs à afficher une baisse est celui des véhicules hybrides et électriques, avec un total de 20 brevets au deuxième trimestre, 10 de moins qu’au premier.

L’entreprise qui a déposé le plus de brevets est une nouvelle fois Honda, grâce à ses 14 brevets sur la pile à combustible et 3 sur les véhicules hybrides et électriques. L’automobile affiche d’ailleurs sa vitalité : elle truste les trois premières places puisque GM et Toyota arrivent juste derrière Honda. Et Nissan et Daimler figurent également dans le haut du classement.

En quatrième position, on trouve General Electric (GE) qui a déposé 9 brevets dans l’éolien et deux sur les piles à combustible. A noter : le groupe Applied Materials fait son entrée dans le palmarès avec 3 brevets dans le solaire.

Sans surprises, quand on regarde l’origine géographique des entreprises, le Japon arrive en tête avec 75  brevets. Il est suivi de la Californie (29 brevets, soit 10 de plus qu’au premier trimestre) devant le Michigan et l’Allemagne.

Accéder à l’intégralité de l’étude ici.