Initiatives européennes pour booster les énergies renouvelables

Print Friendly, PDF & Email

irena

C’est aujourd’hui qu’est officiellement lancée l’Agence internationale sur les énergies renouvelables (Irena) à Bonn, en Allemagne.

Créée à l’instigation de l’Allemagne, avec le soutien des gouvernements espagnol et danois, elle sera chargée d’aider les pays industrialisés et les pays émergents à développer les énergies renouvelables.

Cette nouvelle organisation intergouvernementale n’a pas encore de directeur ni de ville d’implantation pour son siège (même si le gouvernement allemand pousse pour Bonn), mais sera dotée d’un budget de 19,3 millions d’euros.

Près d’une cinquantaine de pays ont déjà adhéré à l’Irena. Beaucoup d’autres, dont les Etats-Unis, la Chine et le Japon, suivent sa mise en place mais ne devraient adhérer qu’un peu plus tard.

Parmi ses activités, l’Irena veut développer une base de données, faciliter les transferts de technologies et les investissements dans les pays en développement, jouer un rôle de lobbying dans les autres organisations et réseaux internationaux…

Une autre initiative vient d’être annoncée en Europe : l’Espagne et le Portugal vont créer un centre de recherche conjoint sur les énergies renouvelables.

Ce futur « centre ibérique des énergies renouvelables » sera installé à Badajoz, dans le sud-ouest de l’Espagne, près de la frontière avec le Portugal. Il sera dirigé par l’actuel vice-président de la Fédération européenne de l’énergie renouvelable, le Portugais Antonio Sa da Costa.

Les deux pays ont déjà beaucoup avancé dans les énergies renouvelables, notamment dans l’éolien et surtout le solaire. L’Espagne est devenu récemment leader mondial du photovoltaïque avec 3 GW supplémentaires installés en 2008. Et le Portugal vient d’inaugurer la plus grosse installation photovoltaïque du monde (à ce jour), la centrale d’Amareleja, au sud de Lisbonne, dotée d’une capacité de 46 MW.