Les Venture Capitalists américains ont encore davantage ouvert leurs bourses aux cleantech au 3ème trimestre (+14%)

Print Friendly, PDF & Email

Les fonds américains de capital-risque (Venture capitalists, ou VC), principaux bailleurs de fonds des cleantech mondiales, ont un peu moins investi au 3ème trimestre mais ont encore accru leurs mises dans les sociétés des cleantech, selon le rapport trimestriel MoneyTree(TM) de PricewaterhouseCoopers (PwC) et de la Fédération nationale américaine des VC (NVCA).

Un bonne nouvelle qui intervient alors que les sociétés du secteur des cleantech dans le monde vaudraient désormais plus de 300 milliards de dollars, soit davantage que les secteurs des logiciels et des biotech combinés, et plus que le  PIB de la Grèce selon une nouvelle étude de la banque HSBC.

L’étude Moneytree indique que les VC américains ont encore investi 7,1 milliards de dollars dans 907 deals au 3ème trimestre, un montant en baisse de 7% par rapport aux 7,7 milliards injectés au 2ème trimestre (dans 1.033 deals) mais qui reste à un niveau record.

Les analystes s’attendent à un ralentissement des investissements au cours des trimestres à venir, mais pas à un véritable arrêt, car les VC ont de l’argent dans leurs coffres. Ils ont d’ailleurs encore levé plus de 8 milliards de dollars au dernier trimestre, selon la Fédération.

Si les biotechnologies et les logiciels sont restés en tête de leurs choix, avec respectivement 1,35 milliard et 1,34 milliard de dollars accordés à 114 entreprises de biotech et 214 sociétés de logiciels, ces deux secteurs sont suivis de tout près par les cleantech (énergies alternatives, pollution, recyclage..) qui ont levé 1,0 milliard de dollars (73 deals), soit 14% de plus que les 887 millions qu’ils avaient reçus au 2e trimestre.

Et quatre des dix plus grosses levées de fonds du 3ème trimestre, dont les 2 plus grosses, ont été réalisées par des sociétés des cleantech.

Les primo-financements (allant à des entreprises n’ayant jamais levé de fonds) a diminué de 12% et représenté 21% des fonds injectées, un niveau particulièrement bas, avec un montant moyen de 5,7 millions, ainsi que les investissements pour les entreprises en phase d’expansion qui ont chuté de 14%. Le gros de l’argent est allé aux entreprises en phase de développement.

Les VC américains ont continué à largement investir en Chine (51 deal et 526 millions, un montant en très légère baisse), mais réduit de 43% leurs investissements en Inde à 271 millions de dollars.