Effy et le GPCEE contestent l’analyse de Mines ParisTech

Print Friendly, PDF & Email

« Une objectivité questionnable » et une « radicalité » qui interrogent : l’opérateur d’efficacité énergétique Effy, spécialiste des certificats d’économie d’énergie (CEE) et leader sur le segment des particuliers, a voulu analyser l’étude plus que critique de Mines ParisTech sur l’efficacité des CEE parue la semaine dernière.

Sans surprise, cet acteur du marché met en cause le financement de ce travail de recherche académique, apporté en partie par EDF et l’Union française de l’électricité, qui regroupe les électriciens « obligés ». Et pointe aussi l’agenda de sa publication, alors que se prépare la session 2022-2026 : « Je suis un vétéran des certificats d’économies d’énergie. A la fin de chaque période de collecte et au moment où l’on configure la prochaine, nous assistons aux grandes manœuvres des obligés, c’est classique », formule Frédéric Utzmann, fondateur et dirigeant d’Effy.

Interrogé aussi sur le sujet, le GPCEE*, qui représente la plupart des opérateurs délégataires de CEE, partage le même point de vue, estimant que « cette étude est clairement à charge contre les CEE et répond aux intérêts des obligés qui l’ont commandée. Cette étude sort très exactement en période de concertation, notamment sur les objectifs de la 5e période. »

Des calculs théoriques

Cela dit, Effy et le GPCEE prennent l’étude au sérieux. Effy lui donne même plutôt raison sur deux points : la qualité ...