Rénovation, solaire, mobilité : le plan de relance du Grand Paris

Print Friendly, PDF & Email
© Bouygues Energies & Services

La Métropole du Grand Paris a adopté son plan de relance pour faire face à l’impact de la crise sanitaire. Ce plan, à consulter ci-dessous, regroupe 50 actions et représente une enveloppe globale de 110 M€, tous secteurs confondus. Il porte notamment sur la transition énergétique : mobilité électrique, photovoltaïque et surtout rénovation thermique.

Ce plan prévoit ainsi de déployer ...

3 000 bornes de recharge électrique d’ici à 2022 sur le territoire métropolitain ainsi qu’un accompagnement des projets photovoltaïques sur le patrimoine immobilier public, dans les deux cas via des appels à initiative privée. La collectivité confirme au passage son intention d’adopter un schéma directeur métropolitain des énergies, dressant l’état des lieux des énergies renouvelables et de récupération sur son territoire.

Le programme Sare

Mais, en ce qui concerne l’énergie, c’est la rénovation des logements et du patrimoine public qui occupe une place prépondérante. Concernant les logements, deux mesures sont citées. D’abord, « organiser la montée en puissance » du programme de rénovation énergétique performante des zones pavillonnaires dit « PREP ». Ce dispositif est une déclinaison du service d’accompagnement à la rénovation énergétique Sare, dans le cadre des certificats d’économies d’énergie (CEE). Il s’agit d’utiliser ce programme Sare pour accompagner les propriétaires de pavillons dans leur parcours de rénovation énergétique. Les villes de Montfermeil (Seine-Saint-Denis) et de Sceaux (Hauts-de-Seine) avaient déjà été sélectionnées pour tester le dispositif. Cette expérimentation va être étendue aux autres communes intéressées. La métropole se propose aussi de prendre en charge les audits énergétiques des pavillons, comme elle le fait déjà pour les copropriétés. Et de travailler à la création d’un pool bancaire pour répondre à la demande de financements nécessaires à la réalisation des travaux.

Toujours pour les logements, mais en copropriétés cette fois, le soutien financier va être étendu – au-delà des audits – au démarrage des travaux. La Métropole veut accompagner les copropriétés lors de la demande des devis et la détermination des programmes des opérations. Elle va, pour cela, lancer un marché d’assistance à maîtrise d’ouvrage.

Un plan rénovation sur 3 ans

Côté patrimoine public, le Grand Paris promet une « prestation d’accompagnement global » des communes. D’une part, avec le financement à hauteur de 50% des audits des bâtiments publics et la possibilité de recourir à un marché qu’elle va lancer, lequel recouvrira la réalisation de l’audit, l’appui à la rédaction du marché de travaux et le conseil en exploitation. D’autre part, il est prévu une aide au financement des travaux et au renouvellement des équipements jusqu’à 50% des opérations, via des avances remboursables apportées par la CDC, remboursées par les économies d’énergies réalisées « et dont le taux sera bonifié grâce à l’intervention de la Métropole ».

Enfin, un « plan métropolitain de rénovation de l’immobilier public » va être engagé sur trois ans (de juin à 2020 à juin 2023) avec les communes volontaires. Il s’appuiera sur le « fonds d’investissement métropolitain » (FIM), bras armé financier du Grand Paris, dont une fraction non-précisée sera utilisée pour soutenir l’ingénierie technique, administrative et financière des projets de rénovation du patrimoine communal. Avec une condition, « à défaut d’attribution des marchés de travaux dans un délai de deux ans après l’attribution de la subvention d’études, le porteur de projet sera tenu de rembourser la subvention ».

  • Découvrez le plan de relance de la Métropole du Grand Paris ci-dessous (ou ici en PDF)