Le chantier du bâtiment vert sera livré en retard

Print Friendly, PDF & Email

Ce sera RE 2021 et pas RE 2020. Lors d’une vidéo-conférence avec les acteurs du bâtiment, Emmanuelle Wargon, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, et Julien Denormandie, ministre de la Ville et du Logement, ont annoncé une série de reports pour les réglementations environnementales applicables aux bâtiments. A commencer par celle pour les édifices neufs, qui n’entrera pas en vigueur avant l’été 2021. « Le calendrier d’élaboration et de mise en œuvre de la RE 2020 est ajusté pour tenir compte de l’impact de la situation sanitaire. Les concertations se poursuivront pendant l’été pour permettre à tous les acteurs concernés d’y prendre part. La publication des textes réglementaires (décrets et arrêté) interviendra fin 2020 ou au plus tard au tout début de l’année 2021 », ont précisé ensuite les ministères concernés dans un communiqué.

De nouveaux délais sont ainsi appliqués à l’opposabilité du Diagnostic de performance énergétique (DPE), reportée au premier semestre 2021, à la montée en gamme du label RGE pour ...

les artisans et entreprises du bâtiment et à la publication des deux arrêtés qui manquent pour le décret tertiaire, dont celui sur les « modulations ». Du côté de l’Anah, l’ouverture aux propriétaires bailleurs de MaPrimeRénov, prévue au 1er janvier 2021, devrait être reportée. En revanche, est confirmée l’extension de l’aide aux ménages intermédiaires. L’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat (Anah) a annoncé plus de 5 000 dossiers déjà instruits et 1,7 M€ de demandes et signalé que la fonctionnalité du parcours mandataire prévue début mai serait ouverte le 9 juin. Les certificats d’économie d’énergie vont quant à eux bénéficier ce mois-ci de la parution de l’arrêté Coup De Pouce chauffage tertiaire.

Pas de quoi réconforter les opérateurs d’efficacité énergétique, qui apprécient peu les nouveaux délais. « Un décalage de six mois pour l’opposabilité du DPE alors que le confinement aura duré deux mois, nous semble disproportionné”, estime Audrey Zermati. La directrice de la stratégie du groupe Effy fait par ailleurs remarquer que les consultations sur la réforme du RGE et du DPE sont closes. Mais Anne-Lise Deloron, coordinatrice interministérielle du plan de rénovation énergétique des bâtiments, a rappelé sur Twitter que pour le DPE,  » la concertation et les consultations sont loin d’être terminées ».

Une porte-parole de GeoPLC confie aussi sa déception : « il n’y a pas de plan spécifique, pas d’adaptation de la réglementation aux circonstances et un report de réformes. Les appels à placer la rénovation énergétique au cœur du plan de relance restent sans réponse d’envergure. »

Pour le gouvernement, la crise sanitaire et économique se surajoute au chantier complexe qu’est le verdissement des textes régissant la construction et l’existant. L’obligation de travaux de rénovation thermique dans le secteur tertiaire, il est vrai grossièrement conçue au départ, a ainsi pu être repoussée pendant dix ans par les acteurs de l’immobilier de bureaux. « Le gouvernement nous semble ici à contre-courant de l’ambition qu’il affiche par ailleurs. Les réformes doivent être accélérées, pas ralenties”, s’inquiète Audrey Zermati.