MyLight Systems lève des fonds pour déployer l’autoconsommation

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : MyLight Systems)

Déployer l’autoconsommation d’électricité de l’Ile-de-France à l’Europe : tel est l’objectif de Cime Capital, maison-mère de MyLight Systems et Alaska Energies, respectivement spécialistes de l’autoconsommation et de la distribution d’équipements d’énergies renouvelables. Cime Capital annonce avoir levé 6,5 M€. Dont 6 M€ investis par Demeter, via Paris Fonds Vert, et 0,5 M€ par Interinvest Capital (lequel était déjà actionnaire de l’entreprise).

Innover en permanence

Par rapport aux concurrents Comwatt et Monabee notamment, le profil de MyLight Systems a particulièrement intéressé les investisseurs. « Nous avons étudié de près le marché de ...

l’autoconsommation, certes émergent mais en forte croissance », explique Stéphanie Chrétien, partner chez Demeter. « La solution proposée par MyLight nous a semblé la plus intéressante, d’autant que l’entreprise cherche en permanence à innover », à l’image de sa batterie virtuelle présentée l’an passé. Aux côtés de MyLight Systems, l’autre filiale de Cime Capital est le distributeur Alaska Energies spécialisé dans les EnR pour le résidentiel. Il possède un réseau de plus de 300 installateurs. Les deux filiales bénéficieront de ces nouveaux moyens, en fonction des besoins.

Pour Paris Fonds Vert, l’opération s’inscrit pleinement dans sa stratégie ciblant les acteurs de la ville durable, comme l’an passé les investissements dans le bâtiment à haute performance énergétique avec Alterea et dans la recharge de voitures électriques avec IES Synergy. Du côté de Cime Capital, ces nouvelles ressources vont permettre de poursuivre le développement de l’offre. « L’idée est de continuer à nous renforcer sur les sujets qui associent autoconsommation et gestion globale de la facture d’électricité en proposant un système complet aux particuliers, y compris la fourniture d’électricité verte grâce à notre partenariat avec Planète Oui », souligne Ondine Suavet, directrice générale de Mylight Systems. « Le rapprochement avec Paris Fonds Vert nous amènera certainement à travailler plus encore sur des solutions adaptées à l’environnement urbain », ajoute-t-elle.

Cime Capital compte étendre son activité en Ile-de-France, en profitant du plan solaire lancé par la Région, mais aussi ailleurs dans l’Hexagone. Ainsi qu’en Europe : il a déjà ouvert des bureaux en Suisse, en Italie, en Roumanie et plus récemment en Espagne. Ces développements se feront probablement une fois la crise sanitaire du Covid-19 passée, un contexte dans lequel la levée de fonds arrive à point nommé. « Notre situation financière était saine mais il est certain qu’avec ces nouveaux moyens, nous allons être prêts à accélérer en sortie de crise », anticipe Ondine Suavet.

En 2019, Cime Capital – dont la répartition de l’actionnariat n’est pas dévoilé – a réalisé un chiffre d’affaires de 20 M€, en croissance de 33% par rapport à 2018.