Enerplan souhaite un plan de relance pour la filière solaire

Print Friendly, PDF & Email
(@La Poste)

Enerplan prépare une série de propositions de nouveaux soutiens publics pour relancer la filière solaire et tenter de rattraper le retard dans le développement et les mises en service des centrales. Ces mesures pourraient être suggérées au ministère de la Transition écologique et solidaire en fin de semaine prochaine. Parmi les pistes étudiées par le syndicat professionnel : propulser à ...

1 MW le plafond de puissance des centrales bénéficiant d’aides financières en guichet ouvert et donc hors appels d’offres – il est passé de 100 kW à 300 kW en février – et accéder plus facilement au foncier, en favorisant l’éligibilité de terrains ne figurant pas dans le plan local d’urbanisme des communes.

« Le coût de l’argent évolue »

Pour l’instant, le secteur reste lui aussi confronté à l’arrêt quasi total des chantiers de construction des installations et à un développement souvent au ralenti malgré les efforts de l’administration, ceci à différents stades et par exemple pour l’obtention des permis de construire et pour l’instruction des contentieux. 

Un troisième problème vient se greffer, celui du financement, récemment évoqué par Unifergie. Interrogé sur cet aspect, Daniel Bour, président de la Générale du Solaire et d’Enerplan, indique que « le coût de l’argent évolue, avec des augmentations entre 20 et 40 points de base. Les marges des banques ont tendance à augmenter, en particulier lorsque les clauses des contrats l’autorisent en cas de changement des conditions de marché. » Le financement des nouveaux projets semble pour l’heure suspendu, ce qui va poser problème à ses yeux lors de la reprise et de la ruée pour rattraper les retards. Mais le dirigeant constate avec soulagement que les banques ne paraissent pas remettre en question les projets déjà engagés. Il observe aussi un engagement fort de Bpifrance, la banque publique fournissant sans barguigner les garanties sur la trésorerie des emprunteurs, éventuellement malmenés pendant la crise Covid-19.