EDF et Nissan préparent une offre « vehicle to grid » commune

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Nuvve)

L’électricien EDF et le constructeur automobile Nissan ont signé un accord-cadre pour « accélérer ensemble le déploiement de la mobilité électrique ». Cet accord – non-exclusif – concerne tout particulièrement la recharge bidirectionnelle avec la préparation d’une offre commune « vehicle to grid » (V2G) pour la France, le Royaume-Uni, la Belgique et l’Italie. C’est-à-dire les pays prioritairement ciblés par EDF dans le cadre de son plan « mobilité électrique ».

Courant 2020

L’offre ...

n’est pas encore finalisée. « Nous en sommes à la phase de compréhension des enjeux techniques et de réflexion autour du parcours client », indique à GreenUnivers l’électricien français. « Mais il ne s’agit pas d’attendre 10 ans, ni même 5 ans. Nous voulons être en mesure de proposer une solution courant 2020. » L’idée est bien sûr d’associer le savoir-faire de Nissan dans l’automobile à celui d’EDF dans la recharge électrique. Plus exactement, à celui de sa filiale Izivia et de sa co-entreprise Dreev, qu’EDF a créée avec l’américain Nuvve pour se positionner sur le V2G. « Nous préconiserons cette offre, mais c’est d’abord EDF qui communiquera dessus », précise-t-on chez Nissan.

L’offre supposera que les automobilistes optent à la fois pour un véhicule Nissan et une solution de recharge EDF. Elle s’adressera a priori d’abord à des flottes captives d’entreprises.

Deux enjeux majeurs

L’accord vise notamment à répondre à deux enjeux majeurs. Le premier est technique. Pour commercialiser une offre V2G, EDF doit s’assurer que ses bornes soient associées à des véhicules compatibles avec les échanges bidirectionnels d’électricité (charge de la batterie mais aussi injection sur le réseau). Ce qui est le cas de la Nissan Leaf et de l’utilitaire e-NV200, concernés par l’accord. Le deuxième enjeu est plus contractuel : « les clients Nissan sont désormais habilités à revendre de l’électricité à EDF », ajoute le constructeur automobile.

Nissan a déjà noué des partenariats sur le vehicle to grid avec des énergéticiens, par exemple avec E.On, mais c’est son premier en France. Tout comme pour EDF avec un constructeur automobile (même si les deux groupes sont déjà partenaires au Royaume-Uni autour des batteries de seconde vie).