L’agrivoltaïsme tiendra-t-il ses promesses ?

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Générale du Solaire)

Les grappes de raisins brûlées par la canicule, en Languedoc et ailleurs, attirent l’attention sur la protection des cultures et les moyens pour y parvenir. Parmi lesquels les ombrières agrivoltaïques, l’un des supports d’une technologie explorée depuis plusieurs années par des développeurs pionniers comme Akuo Energy, Sun’R, Ténergie, Reden Solar (ex-Fonroche), Altergie.

Générale du solaire en fait partie et son président, Daniel Bour, est convaincu que les projets vont se multiplier : « le solaire peut rendre deux grands services aux agriculteurs : compléter directement les revenus, améliorer la production et la protection des cultures et des élevages. Je pense à la vigne bien sûr, mais aussi aux cultures fruitières, aux élevages de poules en plein air qui se multiplient, etc. » Une conviction partagée désormais par les pouvoirs publics : lors d’une conférence en juin dernier de la Plateforme verte, Virginie Schwarz, directrice de l’énergie à la DGEC, s’attendait à voir l’agrivoltaïsme « émerger un peu partout ». Avec les hangars solarisés,...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.