Quand électricité rime avec biodiversité

FavoriteLoadingAjoutez cet article à vos favoris
Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Générale du Solaire)

Une centrale photovoltaïque directement favorable à la nature, ce n’est pas si courant. Après les installations agrivoltaïques, développées notamment par Akuo Energy et Sun’R,  voici une installation spéciale « milieu ouvert » de la Générale du Solaire et Altergie. Elle a été inaugurée hier dans le Gard, en partenariat avec l’Office national des forêts (ONF). Le concept est double : primo, installer 11 MW de panneaux solaires sur 20 hectares ; secundo, le faire dans une forêt de petits chênes verts devenue trop dense pour laisser entrer la lumière et, autour de la centrale, contribuer à aérer la chênaie. « L’énergie solaire abîme les milieux naturels, on ne peut pas prétendre le contraire, mais elle peut aussi amener une solution. C’est le cas ici, » estime Daniel Bour, président de la Générale du solaire.

Le retour de la lumière

La commune concernée, en l’occurrence Belvézet, à 12 km au nord de la ville d’Uzès, a voulu faire revivre « une zone de biodiversité protégée » qui couvre 582 hectares sur les 1300 hectares du domaine privé. L’implantation possible d’un projet solaire de 15,5 M€, qui s’ajoute à une centrale raccordée en 2014, a été considérée comme l’occasion de le faire, grâce aux nouvelles ressources financières. Sur le terrain,...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.