Des péniches à l’hydrogène sur la Seine à l’étude au Syctom, avec EDF

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Yprema)

De l’hydrogène produit par l’incinérateur et les péniches de transport des résidus de combustion pour l’utiliser ? C’est le projet envisagé par le syndicat des déchets francilien Syctom*, dans le cadre du programme européen H2ships. Gestionnaire de trois grands incinérateurs, le Syctom projette de convertir une partie de sa flotte de barges à la propulsion à l’hydrogène et va passer en revue les approvisionnements possibles, par exemple depuis l’incinérateur d’Issy-les-Moulineaux ou à partir d’électricité décarbonée ou renouvelable. « En 2018, 302 000 tonnes de mâchefers – les restes de l’incinération, NDLR – sont sorties de nos unités de valorisation énergétique, dont environ 90% ont été évacués par voie fluviale, vers le Havre et vers la Marne », précise une porte-parole du Syctom.

Signe de l’importance de la démarche, un groupement s’est constitué autour de cet acteur régional pour faire le tour du sujet en 2020 et 2021, en particulier sur la faisabilité technique d’adaptation de la flotte de barges, le coût de l’adaptation, la faisabilité logistique avec une station d’avitaillement… Un sourcing de récupération, ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.