CVE concrétise dans le solaire communautaire US et les collectivités françaises

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : CVE)

C’est une nouvelle French Connection, des plus paisibles cette fois : le développeur et producteur marseillais Cap Vert Energie (CVE) commercialise ses premiers électrons solaires aux États-Unis, dans le Massachusetts, avec une centrale de 650 kW achetée au début de l’année. Surtout, le Français, seul Européen en lice, décroche 7 projets et 36 MW lors de la dernière session de l’appel d’offres au long cours de cet état du Nord-Est, qui propose 1,6 GW sur plusieurs années. CVE North America explore ici le modèle du community solar, ie des installations qui fournissent de l’électricité verte au réseau local des abonnés, lesquels reçoivent des crédits (financés in fine par la puissance publique) pour alléger leur facture d’électricité, jusqu’à 10% de celle-ci.

« Le Massachusetts est un territoire favorable, car la population y est dense, l’électricité conventionnelle onéreuse (16,8cts$/kWh contre 8,5cts$/kWh au Texas) et l’énergie solaire fortement encouragée par l’État », explique Pierre de Froidefond, co-fondateur de CVE. Qui précise que 29 MW doivent être mis en service dès début 2020. CVE a créé à cette fin ...

une marque spécifique, Halo, pour établir la relation avec les consommateurs verts en les informant sur les économies réalisées et les volumes produits par les centrales.

Cap vers l’état de New York

CVE North America compte dix autres projets en portefeuille, avec 35,5 MW de foncier réservé et prospecte pour trouver de nouveaux terrains. À noter que l’équilibre d’exploitation est attendu dès 2020, pour une activité que CVE a commencé à étudier fin 2016 et gère aujourd’hui depuis Manhattan via une équipe de 12 personnes. Et justement, « nous allons aussi nous tourner vers l’état de New York, toujours sur le modèle du solaire communautaire », annonce Pierre de Froidefond.

Même si elle est critiquée dans certains états qui constatent qu’elle profite plus aux entreprises qu’aux citadins modestes, la formule du solaire communautaire née en 2008 du Green Communities Act a la cote aux États-Unis. En 2018, elle réunissait 1,387 GW, dans 43 États, une capacité qui devrait atteindre 3 GW en quelques années, selon le consultant Wood Mackenzie.

L’esprit du community solar nord-américain semble bien convenir à CVE, car ce développeur est un adepte de la vente directe et de l’autonomie énergétique, avec l’autoconsommation en ligne de mire évidemment. On notera que ses aventures outre-Atlantique (et ailleurs) ne l’empêchent pas de concrétiser sur ses terres d’origine une initiative prise à peu près au même moment que ses premiers pas à l’international. En l’occurrence, cette offre spéciale collectivités locales françaises, auxquelles CVE propose de s’associer en capital moyennant des prises de participations à hauteur maximale de 35% dans les sociétés de projets, selon un contrat standard conçu en amont.

Co-investissement, sur 15% du capital

Huit accords ont été signés ces derniers temps, dans le solaire et la méthanisation ; une dizaine se préparent. Les partenaires sont ici les collectivités ou leurs représentants, des fonds d’investissement régionaux comme le lyonnais Oser ou des sociétés d’économie mixte (Sem) tournées vers l’énergie. Témoin ce contrat avec Ile-de-France Energies, pour le projet de biogaz Equimeth à Ecuelles (Seine-et Marne).

« Pour l’instant, les collectivités investissent autour de 15% des fonds propres, précise Pierre de Froidefond, apportés au moment de la décision finale d’investissement, c’est-à-dire lorsque tout le développement est bouclé. » Néanmoins, cette association est préparée auparavant, étant conçue pour faciliter l’avancée du dossier puis son accueil par les riverains. CVE se propose d’aider les collectivités locales et territoriales souhaitant mieux valoriser leur potentiel foncier et énergétique, comme le fait aussi Valorem. Il reste à savoir si les acteurs locaux ne souhaiteront pas un jour faire tout tout seuls – certaines Sem manifestent un début d’intention en la matière -, s’ils parviennent à se doter des compétences et des fonds indispensables.