Charles Fournier (crédit Géraldine Aresteanu)