A Vivatech, les régions françaises tiennent elles aussi le haut du pavé

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : J-P Pié)

Si l’on en juge par l’incroyable affluence, cette grand-messe française de la « tech » a de plus en plus des airs de CES de Las Vegas, le gigantisme en moins. Ce qui se discute d’ailleurs, si l’on considère la taille des stands des grands noms du secteur. Au parc de la Porte de Versailles à Paris, les Cisco, Dell, Atos, Samsung, Google ou Facebook n’ont pas fait dans le petit, pas plus que les « régionaux » de l’étape comme Orange, l’appli Klaxoon ou EDF, lequel occupe même plusieurs espaces dont un dédié à la robotique, « Robotics by EDF ». Mais Vivatech démontre aussi à quel point la technologie intéresse tout le monde. En témoignent deux espaces des plus fréquentés, ceux de LVMH et L’Oréal, lequel propose entre autres l’indispensable virtual hair advisor, un simulateur pour une coiffure vraiment réussie.

Un retrofit astucieux et à fort enjeu

Mais Vivatech 2019 se distingue aussi et peut-être surtout par la place qu’y occupent les régions françaises. Elles sont presque toutes présentes, hébergeant et défendant nombre de start-up et projets d’intérêt. La région Sud permet par exemple de rencontrer Electric 55 Charging (e55c), basée à Saint-Tropez et qui pourrait bientôt faire parler d’elle. Spécialiste du pilotage des bornes de recharge électrique, déjà fournisseur d’Ikea, Auchan et Nissan Europe, e55c a eu la bonne idée de proposer à la Ville de Paris et aux communes franciliennes concernées un retrofit ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.