L’Ademe apporte des précisions sur l’étude dédiée aux résultats des CEE

Print Friendly, PDF & Email

L’Ademe souhaite réagir à notre article « L’Ademe confrontée à la difficulté d’évaluer les CEE », publié le 21 mars 2019. Consacré à l’étude menée en ce moment par l’agence sur l’efficacité réelle des CEE, il a été rédigé suite à une communication de Grégory Chedin, ingénieur économiste du service climat, à destination des professionnels réunis le 18 mars lors de la conférence de l’ATEE sur l’évaluation des politiques d’efficacité énergétique. L’Ademe avait alors fait le point sur l’avancement de son étude, sur sa méthodologie et sur les résultats envisageables.

Les précisions de l’Ademe :

« Cet article laisse entendre que l’Ademe serait confrontée à la difficulté d’évaluer les CEE, ce qui est inexact. Aussi, l’agence souhaite préciser les informations sur l’évaluation en cours, qui se déroule telle que prévue et selon le calendrier visé.  Les difficultés inhérentes à ce genre d’exercice sont maîtrisées et avaient bien été anticipées par l’équipe en charge de l’évaluation. Consciente de la complexité de mener une évaluation globale, comme pour toute évaluation de politique publique, l’Agence a fait le choix d’approfondir 5 objectifs principaux :
– La réalisation d’un bilan approfondi factuel du dispositif
– La confrontation des économies constatées sur le terrain avec les volumes de CEE générés
– La réalisation d’une analyse coût-efficacité des différentes stratégies et des chaînes de production des CEE
– La qualification des impacts directs et indirects du dispositif
-La formulation de recommandations en vue de la 5ème période

Sur ce dernier objectif, l’Ademe s’attachera à fournir des recommandations utiles et opérationnelles  dans le cadre des contributions à l’élaboration de la 5e période.

Dans un budget contraint (ce qui est le cas de toutes les évaluations de politiques publiques), l’Ademe a mis en place une méthode d’évaluation permettant de pallier les éventuelles difficultés rencontrées. Par exemple, afin d’avoir des retours d’enquêtes suffisants (ce qui est une problématique partagée par toutes les évaluations enquêtant des bénéficiaires), une campagne de relance massive par téléphone et par mail est prévue par les prestataires pour obtenir des retours d’enquêtes satisfaisants et suffisants. Concernant les visites « in situ », la méthode d’évaluation privilégie les opérations bénéficiant des fiches standards produisant le plus de volume CEE. Ces visites d’une demi-journée, réalisées par des experts du secteur, permettront d’avoir des enseignements précieux sur les travaux d’économies d’énergie réalisés grâce aux CEE.  

L’évaluation suit donc son cours conformément à ce qui a été prévu, avec toutes les difficultés auxquelles l’ADEME s’attendait mais aussi avec confiance dans la capacité de l’étude à fournir des éléments utiles pour éclairer l’avenir du dispositif. »

Hervé Lefebvre, Chef du Service Climat de l’Ademe