Les batteries alternatives de Kemiwatt quittent la R&D

Print Friendly, PDF & Email
© Kemiwatt

Où en est Kemiwatt (ex-Kemwatt, ex-Ionwatt), cette start-up pas banale qui veut plonger dans le grand bain du stockage électrochimique ? Créée en 2014 et issue des laboratoires de l’Institut des sciences chimiques de Rennes, où elle est toujours basée, Kemiwatt explore les possibilités de la batterie à flux (redox flow) à molécules organiques. C’est-à-dire avec des électrolytes en mouvement dans des réservoirs, à l’extérieur des électrodes, faciles à agrandir pour donner de la puissance. C’est l’argument numéro un de cette technologie : la grosse capacité potentielle.

 » Deux démonstrateurs mis en service cette année »

Deuxième caractéristique : les molécules sont issues de ...