Luciole veut faire de la consommation d’énergie un sujet de société

Print Friendly, PDF & Email

 

En 1975, le cinéaste Pier Paolo Pasolini a publié un texte devenu célèbre sur la disparition des lucioles, symbole de la fin d’un monde. C’est peut-être pour aider à l’émergence du nouveau que se crée aujourd’hui le collectif Luciole. L’acronyme, plus ou moins poétique, signifie L’Union pour une Consommation Intelligente, Optimisée de l’Energie.

L’association est fondée par cinq acteurs* des services énergétiques, depuis le courtage en fourniture d’énergie jusqu’à la récupération d’énergie fatale (par exemple, les radiateurs numériques de Qarnot Computing), en passant par l’effacement, la flexibilité, les certificats d’énergie et l’exploitation de la data. Leurs activités respectives sont plus complémentaires que concurrentes mais Luciole affirme être ouverte à tous et souhaiter attirer le plus d’acteurs possible.

Pédagogie et lobbying

Sa vocation ? « Nous voulons ouvrir le débat de la transformation du secteur énergétique auprès du grand public et des pouvoirs publics », formule Natacha Hakwik, cofondatrice d’Eqinov, opérateur de services énergétiques, en particulier de flexibilité et d’effacement de consommation.

Luciole veut notamment ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.