Y aura-t-il du vent cette année ?

Print Friendly, PDF & Email

Après une année 2016 très peu venteuse, les développeurs et financeurs éoliens s’interrogent. Et les dernières nouvelles ne les rassurent pas. Le cabinet d’études Eoltech a publié récemment un graphique sur le gisement de vent sur la moitié Nord de la France. Il met en évidence une baisse tendancielle. Selon Marion Jude, ingénieure chargée de mission à Eoltech, « on constate une ...

diminution de la ressource éolienne sur cette zone entre le début des années 2000 et les années plus récentes. On note également que la ressource éolienne est relativement stable sur la dernière décennie. »

Le phénomène est encore peu explicable. « Est-ce que le gisement était exceptionnellement élevé au début des années 2000 sur cette zone ou bien est-ce que le gisement est faible sur la dernière décennie ? Il faudrait pour répondre à ces questions faire des analyses sur des périodes très longues, de 30 ou 50 ans », estime Marion Jude. Malheureusement, les données historiques homogènes, sur plusieurs décennies, sont insuffisantes.

Les autres régions épargnées

Il se trouve par ailleurs que d’autres régions de l’Hexagone, telles que le Massif central ou le Sud-Ouest, ne sont pas affectées par la baisse du gisement. La tentation d’expliquer la raréfaction du vent au nord de la Loire par le changement climatique paraît donc vaine pour l’instant, car on ignore encore si le phénomène est historiquement exceptionnel ou non. Des travaux de recherche co-financés par l’Ademe ont été engagés pour étudier l’évolution de la ressource éolienne dans le passé.

Créé en 2002, le bureau d’études toulousain Eoltech est centré sur l’analyse des gisements éoliens. Il ne participe pas au développement de projets, ses études bénéficiant de ce fait d’une réelle indépendance.