En 2014, les renouvelables doublent les énergies fossiles en France

Print Friendly, PDF & Email
Le président du directoire de RTE, Dominique Maillard, a présenté ce matin les chiffres clés du bilan électrique 2014.
Le président du directoire de RTE, Dominique Maillard, a présenté ce matin les chiffres clés du bilan électrique 2014.

Le secteur électrique français a réduit de 40% ses émissions de CO2 en 2014, par rapport à 2013 selon RTE, qui a publié ce 27 janvier, son bilan électrique 2014. En cause : la baisse de la consommation et le remplacement de capacités de production thermiques fossiles par des énergies renouvelables. Paradoxe du changement climatique : ce cadeau à la planète est aussi largement lié à la douceur des températures en 2014, année la plus chaude depuis le début du XXè siècle selon Météo France.

Une consommation en baisse

La consommation brute d’électricité a baissé en 2014 de 6% par rapport à 2013 pour s’établir à 465,3 TWh. Corrigée des aléas climatiques, la consommation française diminue seulement de 0,4%, reflétant une activité économique ralentie et l’effet des mesures d’économies d’énergie déployées en France.

Baisse du charbon et du gaz, hausse des renouvelables

Fait marquant, la production d’énergies renouvelables, hors hydraulique, devance pour la première fois la part de la production thermique fossile, avec 28 TWh d’électricité produite. La composition du parc électrique français a été marquée en 2014 par l’installation de 1.889 MW de nouvelles capacités renouvelables* et le retrait de 1.296 MW de production thermique fossile, majoritairement charbon.

(Source: RTE)
(Source: RTE)

 

Les renouvelables couvrent 20% de la consommation électrique

Dans le détail, on constate une reprise des installations dans l’éolien (+ 11,8%) et dans le photovoltaïque (+21,2%). La France comprend désormais 9.100 MW d’éolien et 5.300 MW de photovoltaïque, selon RTE. Résultat : les renouvelables ont couvert 19,5% de la consommation d’électricité l’année dernière, en légère hausse par rapport à 2013.

(Source : RTE)
(Source : RTE)

A l’inverse, la production thermique fossile est en recul de 40% à 17,7 TWh. La filière charbon est particulièrement affectée avec une baisse de sa production de 58% liée à la fermeture de plusieurs centrales. Les centrales gaz ont été moins utilisées (-28%) compte tenu des conditions météorologiques.

*NB : RTE comptabilise 963 MW de nouvelles capacités éoliennes installées en 2014. France Énergie Éolienne, plus optimiste, compte 1.042 MW. Aucun bilan annuel n’est encore paru pour le solaire mais les chiffres intermédiaires du CGDD indiquaient une embellie au troisième trimestre 2014.

  • Consulter le bilan électrique complet ci-dessous ou ici (PDF) :