Europlasma revient de loin

Print Friendly, PDF & Email

Entretien avec Jean-Eric Petit, directeur général d’Europlasma –

J-E PEtit
Jean-Eric Petit

Le plus dur semble être passé pour Europlasma. L’entreprise landaise spécialisée dans la gazéification de déchets par torche à plasma remonte la pente après avoir frôlé la disparition en 2013, entraînée dans le vide par une série de déconvenues sur sa première usine de Morcenx. Jean-Eric Petit, son nouveau directeur général, a été recruté il y a près d’un an pour prendre les commandes à la place de Didier Pineau, le fondateur de l’entreprise en 1992. Cet habitué de la restructuration d’entreprises revient pour GreenUnivers sur le programme de remise en forme d’Europlasma.

GreenUnivers : Vous annoncez que le rendement nominal est atteint dans l’usine CHO de Morcenx. Est-ce à dire que celle-ci peut-être livrée ?

La torche à plasma est un brûleur qui génère un flux thermique, sans flammes, sous forme d’un plasma (fluide composé de molécules gazeuses, d’ions et d’électrons). Cette technologie, développée dans l'aérospatiale, permet de produire des températures proches de celles du soleil et de porter la matière en fusion. Elle est présentée aujourd'hui comme une alternative à l'incinération des déchets qui nécessitent d'utiliser du gaz ou du charbon
La torche à plasma est un brûleur qui génère un flux thermique, sans flammes. Cette technologie, développée dans l’aérospatiale, est présentée comme une alternative à l’incinération des déchets

Jean-Eric Petit : Non, l’usine n’est pas encore prête ...