Alstom Wind progresse à petits pas en France

Print Friendly, PDF & Email

Si Alstom Power connaît actuellement des difficultés et a récemment annoncé 4 000 suppressions de postes d’ici à mars 2012 en raison d’une chute des commandes, sa division éolienne a le vent en poupe. Après avoir remporté un contrat de plus de 200 millions d’euros auprès de ScottishPower Renewables, filiale de l’espagnol Iberdrola Renovables, pour l’extension du plus grand parc éolien terrestre d’Europe, Whitelee, en Ecosse, Alstom Wind progresse aussi en France, mais plus modestement.

L’entreprise vient de livrer six turbines Eco 100 de 3 MW pour un parc de 18 MW situé sur la commune de Le Mée, en Eure-et-Loir (région Centre), qui est construit par le groupe portugais EDP Renovaveis. Le montant du contrat n’a pas été divulgué.

Alstom Wind a déjà équipé de turbines Eco 100 – sa toute dernière technologie – deux autres parcs construits par EDP Renovaveis en région Centre, et un quatrième est en cours de construction. Au total, d’ici à la fin de l’année, l’entreprise aura installé et mis en service 27 éoliennes Eco 100 dans la région, fournissant plus de 80 MW, soit l’équivalent des besoins de près de 50 000 foyers, la taille d’une ville comme Orléans.

Ce sont ces mêmes turbines, particulièrement adaptées aux zones où la vitesse du vent est élevée, qui ont été choisies par ScottishPower Renewables pour l’extension du parc de Whitelee.

Une place modeste, mais de grandes ambitions

En France, Alstom a  équipé 220 MW dans l’éolien à ce jour, sur 5 016 MW de puissance installée raccordée au réseau fin juin 2010. Une place modeste, loin derrière les leaders que sont les allemands Enercon, Nordex, REpower ou la danois Vestas. En 2009, l’allemand Enercon a été le premier fournisseur de turbines en France avec 32,8 % de part de marché, fournissant 357,3 MW en un an, selon une étude du Syndicat des énergies renouvelables.

Au niveau mondial, Alstom a installé plus de 2080 turbines dans le monde, représentant une puissance installée de 2 680 MW.

Le groupe a démarré sur le marché en 2007 via l’acquisition de la société espagnole Ecotècnia pour 350 millions d’euros. Il possède aujourd’hui une usine en Espagne et va construire deux nouveaux sites de production, l’un aux Etats-Unis et l’autre au Brésil.

S’il occupe une place encore très modeste, il affiche de grandes ambitions : « Pour l’instant, nous ne sommes pas dans le top 10 des fabricants, mais nous comptons bien l’intégrer à court terme », déclarait Robert Gleitz, vice-président marketing pour les énergies renouvelables chez Alstom Power, à GreenUnivers en juillet dernier. Le groupe réalise un peu moins de 500 millions d’euros de chiffre d’affaires dans le secteur, mais celui-ci affiche une croissance à deux chiffres.

Et au-delà de l’éolien terrestre, Alstom regarde aussi du côté de l’offshore : il prépare une turbine de 6 MW, dont la commercialisation est annoncée pour 2012 et compte investir dans un site de production dédié en Europe.