Indicateur boursier Green Europe : + 2,9% du 12 au 18 février

Print Friendly, PDF & Email

Dans la foulée des marchés, notre indicateur GREEN EUROPE de 38 valeurs de l’environnement (*) a regagné cette semaine 2,9%, alors que le CAC 40 engrangeait 3,6%.

De l’Asie à l’Europe, tous les marchés ont été plutôt optimistes, soutenus par quelques statistiques économiques rassurantes. Pourtant la prudence reste de mise, ce qui favorise les valeurs plus défensives comme VEOLIA (+2,5%) ou SUEZ Env (+2,45%).

Historique
60 derniers jours

Par notre analyste, Sabine Burlot

Eolien : forte croissance pour GAMESA…

Le secteur éolien nous a réservé quelques belles surprises avec notamment une progression de 7,7% pour VESTAS.

Mais c’est GAMESA qui affiche la plus forte croissance : + 9% pour l’espagnol qui vient de renforcer sa présence en Inde avec l’inauguration d’une usine, GAMESA Wind Turbines Pvt. Ltd, près de Chennai. La nouvelle entité aura une capacité initiale de production annuelle de 200 MW et permettra de créer plus de 100 emplois. La société a conclu des contrats totalisant 60 MW en Inde et dans les pays limitrophes.

Cette ouverture s’inscrit dans la stratégie de GAMESA d’asseoir sa présence sur les marchés asiatiques à fort potentiel de croissance. L’entreprise est déjà très présente en Chine avec une capacité de production de 1000 MW. Elle compte maintenant 30 unités de fabrication aux États-Unis, en Asie et en Europe avec un effectif total d’environ 6500 employés.

Au cours actuel, GAMESA est valorisé15 X2010. Objectif de cours dans 3 mois : 14,59 € (selon consensus).

… et pour EDP RENOVAVEIS

EDP RENOVAVEIS n’est pas en reste. Le groupe énergétique portugais spécialisé dans les énergies nouvelles qui réalise l’essentiel de son activité aux Etats-Unis dans le secteur éolien vient d’annoncer la signature d’un accord avec  la Tennessee Valley Authority. 115MW devront être livrés sur 20 ans. EDP RENOVAVEIS devrait profiter de l’ambitieux programme de développement des énergies renouvelables auquel tient le président des Etats-Unis. A 35X2010, le titre reste pourtant cher, d’autant que les incertitudes réglementaires aux Etats-Unis continuent d’inquiéter. L’action a gagné 1,36% cette semaine.

Solaire : la surprise CONERGY

La valeur phare de la semaine appartient de façon assez surprenante au secteur solaire. Il s’agit de CONERGY, le quatrième constructeur de panneaux photovoltaïques allemand. Alors que la décision du gouvernement de réduire les incitations solaire dans le pays a fait peser une pression énorme sur les entreprises du secteur, comme Q-CELLS, SOLARWORLD, SMA SOLARE et PHOENIX SOLAR, le titre CONERGY s’attribue une croissance de 21,7%.

L’entreprise qui avait accumulé les pertes au cours des dernières années et traversé une phase douloureuse de restructuration, vient d’annoncer un résultat 2009 meilleur que ce qui était prévu. L’EBIT  2009 s’établit en perte de 36,8 millions d’euros versus une prévision de 53 millions d’euros de perte. Le directeur de l’entreprise Dieter Ammer a indiqué dans un communiqué que la société visait toujours un bénéfice opérationnel en 2010, ajoutant néanmoins que  le futur développement du marché allemand jouerait un rôle déterminant.

Note positive pour EDF EN, mais négative pour STRATEGECO SOLAR

A noter que Oddo a relevé de 35,50 à 44 Euros son objectif sur EDF Energies Nouvelles en restant à « accumuler ». Nous avions pour notre part confirmé une opinion positive la semaine passée.

Note négative pour finir, STRATEGECO SOLAR prévoit un résultat consolidé  2009 probablement déficitaire. Comme nous l’avions supposé, il  va être fortement  impacté par les nouvelles règles rétroactives applicables aux projets solaires déjà engagés mais non encore raccordés. Le chiffre d’affaires 2009 devrait avoisiner les 3,6 ME (contre 2,9 ME en 2008) soit une augmentation de 30% au minimum dans un contexte de profonde crise économique. Au vu de ces éléments, le groupe a annoncé que le transfert sur Alternex était décalé d’un an.

Prochaine  parution de l’indicateur : le 5 mars

* : Pour la méthodologie complète, cliquer ici.