Les Français plébiscitent le solaire (Etude)

Print Friendly, PDF & Email

Malgré la polémique provoquée par les nouveaux tarifs d’achat, le solaire garde toutes les faveurs des Français, selon deux baromètres, Ademe/BVA et OpinionWay/Solairedirect.

La star des énergies renouvelables

Le baromètre Ademe/BVA, publié hier, montre que 97% des Français plébiscitent les énergies renouvelables. Les deux tiers des sondés se déclarent même à fond pour leur développement. Ces proportions sont stables sur les quatre dernières années, selon les auteurs de cette enquête.

Dans cette vague très positive, le solaire est l’énergie la plus citée, par 68% des sondés, devant l’éolien, 57%. La géothermie, l’énergie hydraulique ou la biomasse rencontrent beaucoup moins d’enthousiasme.

Un niveau d’acceptabilité très élevé

L’étude souligne aussi un niveau d’acceptabilité presque total pour l’énergie solaire, tant pour les bâtiments publiques, pour le toit du voisin, ou pour son propre toit, avec respectivement 96%, 88% et 97% d’avis favorables.

On retrouve les même enseignements avec l’enquête d’opinion mené par OpinionWay, pour l’opérateur Solairedirect. Il existe par contre des disparités sur le plan régional selon cette enquête. Logiquement, les espoirs dans le solaire sont plus importants dans les régions du Sud par exemple : Aquitaine, Midi-Pyrénées, Languedoc-Rousillon, Paca et Corse.

Des attentes déçues ?

Mais globalement, les Français interrogés estiment que les différents acteurs ne fournissent pas assez d’effort pour développer le solaire. Les acteurs publics – municipalités, régions, gouvernement – sont clairement pointés du doigt par rapport aux acteurs privés – spécialistes, installateurs, et producteurs d’énergie.

En conclusion, ce plébiscite général pour le solaire semble logique. Mais les réalités techniques et financières entravent encore de nombreux projets.

« Chez Solairedirect, sur 100 demandes de projets reçus, seule une dizaine aboutit », indique Amaury Korniloff, Directeur général délégué de l’entreprise. Les barrières techniques, comme la pente du toit, une cheminée ou une zone d’ombre, et les problèmes de financement des installations sont les principaux facteurs de blocage.

Pour prendre connaissance des deux enquêtes :

– Baromètre OpinionWay/Solairedirect : Les français et l’électricité solaire (pdf)

– Baromètre Ademe/BVA : Les français et les énergies renouvelables

Article précédentIndicateur boursier Green Europe : + 2,9% du 12 au 18 février
Article suivantLe logiciel de GE qui dope les éoliennes de NextEra, atout anti-concurrence (Premium)

3 COMMENTS

  1. Le lien vers l’enquête de l’ADEME/BVA est le même que celui de l’enquête d’opinion way et solaire direct

  2. La raison de cette acceptabilité très élevée est probablement liée au manque d’informations claires et objectives sur le fonctionnement financier de ces installations.
    Dans un premier des subventions d’un niveau très élevée sont accordées pour l’installation puis pendant toute la durée du contrat de livraison le détenteur vend à EDF sa production à un tarif pharamineux (5 à 6 fois le prix habituel) et rachète dans le même temps ses besoins en consommation électrique au tarif normal soit 5 à 6 fois moins cher et m^me 10 fois moins cher la nuit. des dizaines de financier se sont rués sur cette aubaine phénoménale et cherchent à profiter de cette aubaine absolument incroyable. Qui paye ? le consommateur lambda pour les subventions très larges et surtout pour la production rachetées à des tarifs pharamineux pendant plus de dix ans. Cette niche « fiscale » est une des plus honteuse et critiquable qui existe.

Comments are closed.