L’éolien offshore = 17% de l’électricité européenne en 2030 ?

Print Friendly, PDF & Email

offshoreLes parcs éoliens en mer, dit offshore, pourraient fournir 13 à 17% de la consommation électrique de l’Union européenne en 2030 : c’est le credo de l’association européenne de l’éolien (European Wind Energy Association) qui vise 150 gigawatts d’éoliennes en mer à cette date (soit, s’il s’agit d’éoliennes de 3 MW, cela ferait 50.000 éoliennes !) contre seulement 1,5 gigawatt pour l’instant.

Les éoliennes en mer produiraient 563 térawatts-heures et occuperaient 10.000 km2, soit 2% des mers européennes hors Atlantique (la surface combinée de la Baltique, de la mer du Nord, de la mer d’Irlande,  et de l’English Channel est de 1,3 million de km2).

L’objectif intermédiaire de 2020 est de 40 GW d’éolien offshore opérationnels. L’intégralité du rapport ici (pdf)

(Voir note Repère: Les plus grands parcs éoliens offshore d’Europe)

En 2008, ont été installés 366 MW d’éoliennes offshore dans l’Union européenne, beaucoup moins que les 8,1 GW d’éoliennes terrestres. La puissance totale des parcs offshore européens a ainsi atteint 1,4 GW fin 2008.

Les nouvelles  installations ont eu lieu principalement  en Grande-Bretagne, qui est devenu le pays comptant le plus d’éoliennes en mer, devançant le Danemark. (Notamment, parcs de Lynn et Inner Dowsing en Grande-Bretagne, parc Princess Amalia aux Pays-Bas). La Grande-Bretagne table sur 25 GW en plus des 8 GW en construction actuellement, dont l’immense parc du London Array. L’Allemagne a approuvé au total 25 projets de parcs éoliens.

L’association professionnelle, qui inclut tous les géants du secteur comme le suédois Vattenfall ou encore le danois Vestas, estime aussi que les gouvernements doivent financer le déploiement du réseau de câbles haute tension nécessaire pour raccorder ces futurs parcs éoliens. Et vite.

Ces parcs éoliens en mer éviteraient l’émission de 290 millions de tonnes d’équivalent CO2 par an.

Cette projection n’est pas abstraite : déjà plus de 100 GW sont dans les tuyaux dans 15 Etats européens. Pour atteindre l’objectif de l’EWEA, les investissements dans le secteur en Europe devront bondir à 16,5 milliards d’euros en 2030 contre 3,3 milliards en 2011. Dans son plan de relance, l’UE a prévu 4 milliards d’euros pour les infrastructures d’énergie, dont 565 millions pour les projets éoliens offshore.

L’EWEA milite d’ailleurs pour la création d’un vaste réseau électrique européen offshore reliant les onze réseaux nationaux actuels et les 21 projetés en mer du Nord et en mer Baltique, puis d’ici 2020 la mise en place de 8 réseaux supplémentaires offshore et 6 autres en 2030. Elle a présenté ce projet à l’UE cette semaine, signé par une kyrielle de grandes entreprises, et réclamé des financements de la Banque européenne d’investissement (BEI).