Le développement durable, une affaire d’image et de coût

Print Friendly, PDF & Email

mauritius20sugarSix entreprises sur dix s’engagent dans le voie du développement durable pour améliorer leur image ou répondre aux pressions des consommateurs et autres associations, selon une enquête réalisée par le cabinet CPV Associés et le club Demeter Environnement et Logistique auprès de sa trentaine de membres (*). Et pour une entreprise sur deux, la démarche va de pair avec une réduction des coûts et des charges.

Pour 89% des entreprises, les économies réalisées dans le cadre des actions de développement durable concernent l’électricité. Viennent ensuite les kilomètres parcourus (83%) et la consommation de carburant (67%). L’utilisation du papier et de l’eau a aussi été diminuée.

Les entreprises interrogées n’hésitent pas à nouer des partenariats dans leur démarche de développement durable : 67% le font avec des fournisseurs, 56% avec des transporteurs et 50% avec des clients et partenaires logistiques.

Les efforts passent souvent par un changement dans les modes de transport : plus six entreprises sur dix ont augmenté la part modale du fer, plus de huit sur dix ont accru le recours au ferroutage combiné. Et quatre sur dix ont réduit l’utilisation de la route. Seul un tiers des entreprises n’a rien changé à ses habitudes.

90% des sociétés évaluent ou vont évaluer leur logistique sous l’angle du développement durable : le taux de remplissage, le poids moyen de chargement et les émissions de CO2 font partie des domaines les plus analysés.

(*) : Créé en 2001, le club Déméter Environnement et Logistique réunit des industriels (Danone Eaux France, Seb, Ferrero…), des distributeurs (Carrefour…), des prestataires logistiques (DHL…) et des représentants du secteur public. Ses membres cherchent à mettre en place des actions concrètes pour réduire l’impact des émissions de CO2 dans la stratégie logistique des entreprises.