Eolien : licenciements aujourd’hui, embauches demain ?

Print Friendly, PDF & Email

Les fabricants d’éoliennes licencient, à l’instar des groupes du solaire, mais des experts restent très optimistes et prédisent l’apparition de centaines de milliers d’emplois dans le secteur à moyen terme.

Le Global Wind Energy Council estime que le secteur éolien emploie actuellement 400.000 personnes dans le monde, chiffre qui pourrait être porté à un million d’ici fin 2010.

En Europe, il compte 154 000 salariés selon un rapport de l’Association européenne de l’énergie éolienne (EWEA), dont 108 000 emplois directs. Et ce nombre devrait doubler à 325 000 d’ici à 2020.

En Europe et par secteurs, les fabricants d’éoliennes représentent 37% des emplois directs, suivis des fabricants de composants (22%), des développeurs de projets (16%) et de opérations d’installation et de maintenance (11%).

L’Allemagne est le pays européen le plus en pointe avec 38 000 emplois directs, devant le Danemark (23 500) et l’Espagne (20 500). Ces trois pays pionniers totalisent 75% des emplois.La France emploie 7 000 personnes dans l’éolien. Et elle devrait en totaliser 16 000 d’ici à 2012, selon un rapport publié par l’Ademe en juillet 2008.

Plusieurs facteurs incitent à l’optimisme. Le marché de la maintenance éolienne devrait ainsi garder une croissance à deux chiffres et atteindra 9,1 milliards de dollars pour 2013, contre 3,9 milliards en 2008. Dans ce marché figurent les fournisseurs de pales, de multiplicateurs et autres composants, selon une étude du cabinet Lucintel, pour qui la crise va plutôt accélérer les projets d’énergies nouvelles.

De quoi un peu rassurer après les réductions d’effectifs de plusieurs grands fabricants d’éoliennes, pénalisés par le gel d’une partie des projets de parcs éoliens, paralysés par le manque de crédits pour mener à bien leurs projets de développement.

Ainsi cette semaine a vu des licenciements chez le fabricant de pales pour éoliennes LM Glasfiber. Victime d’une série de commandes annulées, de la part de développeur de fermes éoliennes qui ne parviennent pas à obtenir les financements espérés, le fabricant danois de pales pour éoliennes LM Glasfiber Group va licencier 600 salariés dans ses usines au Danemark et aux Etats-Unis. Au Danemark, il supprime 450 postes, soit 20% de ses troupes et va fermer ses deux usines américaines de Little Rock, en Arkansas, soit 150 emplois. Un site qui venait d’ouvrir et où le groupe promettait d’employer 1.000 personnes… Il reste cependant confiant pour l’avenir. LM a 13 sites et emploie 6.000 personnes dans 9 pays, y compris en Pologne, en Inde et en Chine.

Même marasme  chez son rival Clipper Windpower : le fabricant américain d’éoliennes a licencié 90 salariés sur 830, expliquant que plusieurs parcs éoliens ont reporté leurs commandes à 2010.

La crise du crédit provoque de la même façon une vague de licenciements chez les groupes du solaire, comme chez le leader mondial Suntech et chez ses concurrents.