Air Liquide, « le » français du solaire

Print Friendly, PDF & Email

airliquide1C’est le français Air Liquide qui, en pleine crise, réalise l’un des plus gros investissements dans les greentech de ces dernières semaines : ce spécialiste des gaz spéciaux, qui revendique la place de leader mondial des gaz pour cellules solaires, investit 40 millions d’euros pour des sites de production d’azote, d’hydrogène, de monosilane et d’autres gaz, qu’il installe généralement sur le site même de production des cellules.

Air Liquide dit avoir pour clients plus de la moitié des 10 principaux fabricants de cellules solaires en silicium et plus de 40% des usines de cellules solaires à couches minces dans le monde. Le groupe a conclu ces derniers mois une dizaine de nouveaux contrats en Europe, aux États-Unis et en Asie, avec des fabricants de cellules photovoltaïques, correspondant à plus de 4 GW de capacité.

Le marché mondial du monosilane, utilisé pour les cellules solaire et les écrans plats, croît de plus de 25% par an, tiré par la demande du solaire. Air Liquide en est leader mondial avec plus de 35% du marché.

Air Liquide est en particulier le partenaire du leader allemand de la fabrication de cellules, Q-Cells : il a installé des unités de production de gaz à Thalheim Solar Valley Park, en Allemagne, où sont basées les six lignes de production de cellules en silicium de Q-Cells et les trois entreprises de cellules à couches minces associées à Q-Cells.

Air Liquide approvisionnera prochainement pour tous les gaz la nouvelle usine de silicium multicristallin de Q-cells en Malaisie. Q-Cells prévoit de faire passer sa capacité de production mondiale de 800 MW en 2008 à plus de 1,3 GW d’ici fin 2009.

Air Liquide a également renforcé ses liens avec l’américain REC Group, numéro un mondial de la production de matériaux en silicium pour le solaire photovoltaïque. REC, le plus gros producteur de monosilane, qu’il utilise pour sa propre production de silicium, en fournira à Air Liquide qui pourra ainsi doubler ses capacités de fourniture.

À Nan’Chang, en Chine, Air Liquide a gagné un gros contrat avec Best Solar pour ce qui est, à ce jour, le plus ambitieux projet de production de cellules à couches minces de Chine, avec une production initiale de 330 MW. Et à Taïwan, Air Liquide a signé un contrat de fourniture avec Sunwell-CMC, leader taïwanais de la fabrication de cellules solaires à couches minces (120 MW de capacité).

Les rivaux d’Air Liquide développent eux aussi leur production de gaz spéciaux pour cellules photovoltaïques, en particulier du monosilane, utilisé pour les cellules à couches minces : le japonais Tayio Nippon y a investi 200 millions de dollars en décembre et Hemlock, filiale du groupe chimique américain Dow Corning et de partenaires japonais, un milliard de dollars mi-décembre.

Un rush logique, alors que la production de cellules PV est en pleine augmentation, avec à la clé une prévisible baisse des prix et des marges annoncée par tous les experts.