Encore Wal-Mart, qui cette fois va acheter de l’éolien à grande échelle

Print Friendly, PDF & Email

Le géant américain des hypermarchés, Wal-Mart, après avoir déjà annoncé faire pression sur ses milliers de fournisseurs mondiaux pour qu’ils soient plus « verts » et décidé de réduire d’un tiers ses sacs de caisse, persiste et signe dans sa stratégie pro-environnement. Cette fois, dans l’éolien : il a conclu un accord avec Duke Energie, troisième groupe d’énergie américain, pour lui acheter suffisamment d’électricité éolienne pour fournir 15% de la consommation de 360 de ses magasins du Texas.

Il achètera  226 millions de kilowatt-heures, soit 108 millions de cycles de machine à laver selon le groupe, ce qui évitera des émissions de 139.000 tonnes de CO2, l’équivalent de la mise au garage de 25.000 voitures. Wal-Mart précise qu’il achètera cette électricité au prix de l’électricité classique à une centrale éolienne que construit Duke au Texas. Lee Scott, le PDG, qui veut à terme un groupe neutre en CO2 qui utilise uniquement des énergies nouvelles, poursuit donc son cap.

C’est l’un des plus gros contrats dans ce secteur jamais signé par un distributeur. De tels clients apporteront une bouffée d’oxygène à des parcs éoliens américains pour l’instant menacés de panne par le manque de crédits.

D’autres chaînes d’hypermarchés ont eux aussi misé sur l’éolien mais d’une façon plus spectaculaire, en plantant des éoliennes sur leurs parkings, comme le britannique Tesco en Thaïlande et peut-être bientôt en Grande-Bretagne.

Ce contrat placera Wal-Mart en 16ème place sur la liste des 50 groupes américains les plus utilisateurs d’énergies vertes établies par l’Agence américaine de l’environnement (EPA), où pour l’instant Wal-Mart ne figure pas. En mai 2007, le groupe avait déjà décidé d’équiper de panneaux solaires 22 sites à Hawaii et en Californie, ce qui réduit ses émissions de 6.500 à 10.000 tonnes par an.

En tête des distributeurs cités par l’EPA figure la chaîne de produits de qualité Whole Foods Markets, qui achète 527 millions de kilowatt-heures d’énergies renouvelables par an, soit la totalité de ses besoins.