Nike, Starbucks, Levi Strauss, Sun et Timberland se posent en champions du vert

Print Friendly, PDF & Email

Plusieurs géants mondiaux, pour la plupart des marques très grand public — Nike, Starbucks, Levi Strauss, Sun et Timberland – qui affirment mener depuis des années des politiques en faveur de l’environnement, ont constitué un groupement baptisé BICEP (Entreprises pour une politique de l’énergie et du climat innovante) pour réclamer une politique américaine plus engagée contre le réchauffement climatique.

Leur réclamation tombera à pic, puisque le nouveau président élu Barack Obama veut une économie plus verte. Même si certaines de ces entreprises sont très critiquées pour leur pratiques environnementales, coomme pour Starbucks tout récemment vilipendé pour son gaspillage de l’eau, lié à une politique délibérée du « robinet laissé ouvert ».

Les membres du BICEP demandent notamment au gouvernement fédéral américain de rapidement :

  • Fixer un objectif de réduction des gaz à effet de serre de 25% en 2020 et 80% en 2050.
  • Prévoir que 20% de l’électricité provienne d’énergies renouvelables d’ici 2020 et 30% en 2030 (c’est d’ailleurs l’objectif que veut adopter la Californie)
  • Limiter la construction de centrales à charbon non équipées de systèmes de capture du CO2
  • Mettre en place un marché du carbone

Selon Mindy Lubber, président du Ceres, un groupement d’organismes de défense de l’environnement et de grands investisseurs qui gèrent au total 7000 milliards de dollars d’actifs, les propositions du BICEP pourraient inspirer l’adoption de nouvelles lois et aider à montrer que l’environnement est positif pour l’économie.

Les entreprises du groupement soulignent que le réchauffement climatique nuira à leur activité économique, par exemple pour Starbucks, car le moindre changement de température moyenne affectera les récoltes dans le monde.

D’ici 2010, la chaîne de cafés Starbucks veut réduire sa consommation d’énergie de 25% dans ses 15.000 points de vente dans le monde, utiliser de l’énergie renouvelable pour la moitié de ses besoins et adopter des normes de construction « vertes » pour ses nouveaux cafés.