Le biogaz d’origine supercritique veut se tester à Saint-Nazaire

Print Friendly, PDF & Email
@SCW Systems

Beaucoup moins avancée que la pyrogazéification dont elle est une sous-catégorie, la gazéification hydrothermale progresse quand même vers des applications concrètes. Cette alternative à la méthanisation porte la biomasse à un état « supercritique », entre le liquide et le gazeux, par chauffage et mise sous pression ; 650 C° et 300 bars doivent être atteints lorsqu’il s’agit de transformer des boues de stations d’épuration. Le consortium Ghama* prévoit de le faire en 2024 à Montoir de Bretagne en Loire-Atlantique, sur une friche Seveso reconvertie par le transporteur Idéa en centre d’essai pour la méthanisation, la pyrogazéification et le biogaz supercritique.

« D’accord pour y aller »

La décision de construire et d’investir les 15 M€ nécessaires à ...

Article précédentLa Charente-Maritime échoue à arrêter un parc éolien
Article suivantL’agenda de la transition énergétique