L’interdiction des chaudières à fioul neuves se complique

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Agence parisienne du climat)

Barbara Pompili a confirmé ce matin sur France 2 la volonté du gouvernement « d’y aller tranquillement » sur l’interdiction des nouvelles chaudières à fioul. Le 2 juin, la ministre de la Transition écologique avait glissé lors d’une audition par la Commission des finances de l’Assemblée nationale que la mesure «  entrera en vigueur mi-2022, tant pour les bâtiments neufs que pour les existants », au lieu de janvier.

Le délai a été fraîchement accueilli par Greenpeace France, par exemple, avec une réaction sur Twitter de son porte-parole Clément Sénéchal :

En revanche, elle va (un peu) dans le sens de ce que propose Julien Aubert. Le député LR du Vaucluse présentait lors de cette même réunion parlementaire son rapport sur l’élimination des équipements au fioul*. Il estime que les objectifs de remplacement de 300 000 appareils par an contre 150 000 aujourd’hui pour une disparition totale en 2029 sont “intenables”. Les raisons ? Quelque 500 000 ...

Article précédentUn gros contrat pour l’hydrogène issu de déchets en Californie
Article suivantUn nouveau projet houlomoteur à l’étude en Bretagne

1 COMMENT

  1. Pas toujours évident de changer de chaudière pour les revenus modestes comme moi. Et avec POEMOP je parviens à faire de vraies économies sur ma consommation en chauffage et en électricité. L’esprit collectif est intéressant.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here