Teréga et l’université de Pau s’associent dans le stockage massif

Print Friendly, PDF & Email
(@Teréga)

Le réseau de transport de gaz du Sud-Ouest prépare l’avenir. Lequel passe par les molécules décarbonées telles que le biométhane ou l’hydrogène, leur acheminement et leur stockage, éventuellement à grande échelle. L’un des enjeux consiste à maîtriser le maniement de l’hydrogène, le “premier élément” ayant tendance à prendre facilement la fuite et à exploser. D’où cette collaboration avec l’Université de Pau et des pays de l’Adour (UPPA) pour créer un laboratoire baptisé Senga, un acronyme désignant le “stockage des énergies gaz en aquifère”. 

L’objectif est de “permettre aux chercheurs de mener des travaux sur les structures géologiques et le stockage géologique des gaz décarbonés, au service de la recherche et transférables rapidement sur le terrain”, indique ...

Accédez à l'article complet

GreenUnivers, le média des professionnels de la transition énergétique.

Je m'abonne
  • Une veille quotidienne de l'actualité
  • Des baromètres et data exclusifs depuis 2008
  • Des invitations à nos conférences
Déjà abonné ?
Je me connecte

Article précédentPourquoi Albioma explore un troisième métier
Article suivantUn groupe de travail pour les communautés énergétiques