H2, bornes, batteries : le renouvelable veut percer le « plafond de verre »

Print Friendly, PDF & Email

Solar to hydrogen, futur débouché majeur de l’énergie photovoltaïque ? C’est le pari du consortium européen HyDeal, qui sera présenté en détail la semaine prochaine. Il compte une cinquantaine de membres désormais, en particulier des producteurs solaires et des industriels H2-intensifs (aciéristes, chimistes…) ibériques, allemands, italiens et français “épaulés par une dizaine de fonds d’investissement”, a annoncé son architecte Thierry Lepercq, fondateur de Soladvent, lors d’une conférence en ligne organisée aujourd’hui par GreenUnivers sur les nouveaux modèles d’affaires dans les énergies renouvelables ; elle réunissait aussi des dirigeants de Ze Energy, Driveco et GazelEnergie et est disponible en replay (voir en fin d’article).

Une CCGT* de 800 MW à l’hydrogène

L’objectif : fournir aux industriels du nord de l’Europe 3,5 millions de tonnes d’hydrogène d’origine renouvelable dans dix ans au prix de 1,5 €/kgH2. Ce qui suppose de produire à 1,2€/kg et à 15€/MWh en sortie des centrales solaires du sud du continent. Pour Thierry Lepercq et ses associés, l’hydrogène renouvelable va devenir une « commodité » se substituant aux énergies fossiles et notamment au gaz naturel.

L’un des débouchés pourrait d’ailleurs résider dans la conversion des centrales électriques à gaz. Soladvent prépare avec l’énergéticien GazelEnergie (ex Uniper) et le gestionnaire de réseau gazier Terega le projet Lacq Hydrogène, ...

Article précédentEngie veut fournir de l’hydrogène vert pour l’alimentation animale
Article suivantLes lauréats de l’AO hydroélectricité enfin connus