Au premier semestre, les raccordements éoliens ont rimé avec confinement

Print Friendly, PDF & Email
(@Kallista)

L’effet confinement se fait sentir sur les mises en service des installations EnR électriques en France au premier semestre, selon les Données et statistiques du ministère de la Transition écologique (MTE), encore provisoires car à retraiter en fonction d’éventuels déconnexions de sites anciens. L’éolien plonge de 45% sur la période, le solaire baisse de 5%. Seul le biométhane affiche de (très) bons résultats : + 73%. A rebours des méthaniseurs en cogénération électrique, en diminution de 29%, pour 12 MW et 55 sites supplémentaires.

En valeur absolue, 363 MW éoliens ont été connectés au réseau, pour une capacité de production totale de 17 GW. La production d’électricité des turbines s’est élevée à 21,4 TWh, soit pas moins de 9,5% de la consommation électrique française, sans doute un record. Au premier trimestre, l’augmentation des capacités installées et des épisodes de vents forts en janvier avaient conduit à une hausse de 44,1% de la production. Par ailleurs, la consommation électrique nationale a été marquée par une baisse générale de 9% au deuxième trimestre pendant que la génération d’électricité nucléaire plongeait de 20,8%, du fait de centrales indisponibles et de la fermeture de Fessenheim. Le MTE signale que la puissance des projets éoliens en instruction s’élève à 13 GW.

Les chantiers solaires moins affectés

Le trou d’air qu’ont traversé les chantiers éoliens se fait ...