Le guide sanitaire sera-t-il suffisant pour relancer les chantiers ?

Print Friendly, PDF & Email
(c) Pixabay

Un guide de préconisations de sécurité sanitaire dans le secteur du BTP a été publié hier afin de permettre la continuité des activités de construction malgré la pandémie de Covid-19. Il répond à une demande des professionnels du secteur qui dénonçaient une certaine incohérence dans le discours gouvernemental qui enjoignait la filière à reprendre le travail tout en respectant les gestes barrières.

La distance d’un mètre aménagée

Parmi les arguments pour justifier leur droit de retrait, les professionnels du BTP mettaient en avant l’impossibilité de respecter la fameuse distance de sécurité d’un mètre entre les ouvriers, notamment sur certaines tâches qui nécessitent a minima deux personnes côte à côte. Sans doute l’argument le plus intelligible, même pour le grand public pas forcément au fait des conditions de travail sur les chantiers. Cette règle sera ...

finalement aménagée pour le secteur du BTP.

Si le guide rappelle que « le respect de la distance minimale d’un mètre reste indispensable pour éviter les risques de contact », il émet des recommandations « en cas d’impossibilité technique avérée ». Les salariés devront dans ce cas porter des lunettes et des masques de type chirurgical II-R, et se laver les mains au moins toutes les deux heures. Un cas de figure plus que probable sur les chantiers éoliens par exemple comme le rappelle Ludovic Izzet, directeur général de WPD construction : « Dans une nacelle, on se trouve par définition dans un endroit confiné où la présence de deux techniciens est indispensable pour des raisons de sécurité. Or, c’est une évidence, il n’y a pas de point d’eau là haut. Il va donc falloir réfléchir à des solutions adaptées pour ce cas de figure, pour pouvoir reprendre les chantiers ». Cela peut passer par la mise en place d’un point d’eau et d’hygiène au pied des tours, mais cela nécessite l’intervention d’une entreprise spécialisée et imposera aux techniciens de « descendre et remonter toutes les deux heures de l’éolienne ce qui ne prend pas 5 minutes… », rappelle-t-il. Bref rien ne sera simple et il conviendra pour le maître d’ouvrage d’élaborer un plan précis pour chaque opération, de le transmettre aux prestataires concernés et de s’assurer que des solutions appropriées soient mises en place. Un gros travail en perspective.

Un guide attendu

La publication de ce guide était très attendue par les maîtres d’ouvrage : « C’est un document clair, précis, et qui confirme que si on ne peut pas l’appliquer, le chantier ne redémarre pas. C’est une bonne chose pour cadrer les prestataires, et répondre aux turbiniers qui nous demandent de reprendre les travaux », indique Ludovic Izzet. Pour autant celui-ci s’interroge : « il éclaircit la situation et certaines opérations vont pouvoir être reprises, d’autres peut-être pas. Nous allons nous organiser mais combien de temps va-t-on vivre avec ce cadre sanitaire renforcé ? » A priori plusieurs mois. Les chantiers pourront donc reprendre partiellement mais peut-être pas être totalement finalisés faute de pouvoir réaliser certaines opérations spécifiques. Tout cela reste encore à étudier, et des solutions innovantes à trouver. En effet, de multiples solutions restent à élaborer concernant l’individualisation des déplacements des salariés, leur hébergement individuel, la restauration sur chantier, etc. « On ne peut négliger aucun aspect car si un maillon est déficient, c’est toute la chaîne qui bloque » résume Ludovic Izzet.

Pour éviter la proximité des salariés en route vers les sites, le guide demande de privilégier l’arrivée du personnel directement sur le chantier. Dans le cas d’une utilisation partagée de véhicule et pour les engins de travaux, il recommande la désinfection des surfaces de contact entre utilisateurs (volant, boutons de commande, poignée de changement de vitesse, etc) et la mise à disposition de lingettes désinfectantes et de gel ou de solution hydroalcoolique bien sûr. L’hygiène sur les sites devra être maximale avec systématisation des points d’eau munis de savon.

Quid dans la rénovation énergétique ?

Concernant les chantiers chez les particuliers, les consignes sont bien sûr les mêmes complétées par une forte recommandation de maintenir les occupants (a priori confinés) éloignés de la zone d’intervention. Tous les consommables utilisés doivent être emportés dans un sac fermé après chaque fin de journée, et bien sûr à l’issue du chantier. Seules les interventions indispensables et urgentes pourront être menées au domicile d’une personne à risque ou malade, en suivant un protocole particulier consistant en des mesures de protection croisées (ex : port du masque pour tous). Le guide contient également des questionnaires précis à faire remplir par les salariés et les clients pour identifier les risques en présence.

Un référent Covid-19 devra être désigné pour chaque entreprise et sur chaque chantier, pour coordonner les mesures à mettre en oeuvre et les faire respecter. S’il constate que tel n’est pas le cas, il devra stopper l’activité.  

  • Retrouvez l’intégralité du guide des préconisations sanitaires dans le secteur du BTP en période épidémique ci-dessous (ou en PDF) :