Mini biogaz territorial : 1 M€ pour Tryon [Salon des maires]

Print Friendly, PDF & Email

Article complété le 21 novembre 2019 –

Présent dans la « rue des start-up » du Salon des maires 2019, Tryon, développeur-exploitant de mini méthanisation, vient de réussir un premier tour de table de 1 M€; Il fait entrer à son capital le fonds Starquest Capital et la société de gestion Swen Capital Partners par l’intermédiaire d’un fonds commun de placement dans l’innovation*, avec aussi de nouveaux moyens apportés par les business angels. Une bonne nouvelle arrivant rarement esseulée, la jeune équipe de Tryon lève en ce moment d’autres fonds pour lancer son tout premier projet commercial, à Carrières-sous-Poissy, dans les Yvelines, pour traiter les déchets des cantines de 116 ...

collèges du département, soit un millier de tonnes d’intrants.

Investisseurs « Infra »

Jimmy Colomies, co-fondateur de Tryon, précise que 3 000 tonnes devraient se rajouter, en provenance de la restauration collective, de la grande distribution, des collectivités. Ce marché, conclu avec le syndicat des déchets du Grand Paris Seine Oise (GPSEO), a été gagné il y a un an, aux côtés du groupe de restauration collective Sodexo. La moitié des fonds levés en capital corporate viendra alimenter la société de projet de Carrières-sous-Poissy, pour laquelle 2,6 M€ sont recherchés, dont 1,3 M€ en dette bancaire. Tryon a réussi à sécuriser l’arrivée d’un investisseur majeur en infrastructures et en attend un autre, réputé également ; les noms devraient être rendus publics plus tard.

Montée en puissance obligatoire

L’intérêt des investisseurs pour Tryon et son concept de mini méthanisation territoriale, exploré par d’autres comme le britannique SEab Energy ou le français Bee & Co, correspond à l’anticipation de la réglementation, qui impose en 2023 que tous les biodéchets soient triés et valorisés en compost ou en biogaz. Motif supplémentaire, la taxe sur les activités polluantes doit passer de 17€ à 65€ d’ici 2025. Or la méthanisation industrielle territoriale n’épuisera pas tous les gisements, surtout si les circuits de collecte sont longs et les sites d’épandage des digestats, éloignés. Preuve que la montée en puissance de cette mini méthanisation en circuit court est de plus en plus crédible, les nouveaux investisseurs de Tryon ont constaté qu’une vingtaine de projets étaient à l’étude, un peu partout dans l’Hexagone.

*Le FCPI Innovation Pluriel N°5