Engie Green démantèle son premier parc éolien

Print Friendly, PDF & Email
(@Satellite Multimédia, Engie Green)

Pionnier de l’éolien terrestre du fait des acquisitions de développeurs précurseurs comme La Compagnie du Vent,  Engie se retrouve aussi en position d’avant-garde pour le démantèlement des premiers parcs français, avec ou sans renouvellement. Selon la porte-parole d’Engie Green, une trentaine de parcs, soit 200 turbines, vont voir leur mécanisme de soutien public s’arrêter dans les cinq ans, 74 éoliennes étant situées en Occitanie où l’énergéticien exploite 110 MW éoliens.

C’est dans cette région qu’Engie Green a commencé à démonter son tout premier parc, celui de Port-La-Nouvelle dans l’Aude. Il est composé de 5 éoliennes, dont la première de 200 kW avait été raccordée au réseau électrique… en 1991. Ce démantèlement est qualifié de « chantier exemplaire » par la filiale EnR de l’énergéticien, qui met en avant 96% de composants recyclés : « les pales ont notamment été valorisées à près de 94% », selon le communiqué d’Engie Green. Plus précisément, les pales, composées entre autres de fibre de verre et de résine, ont rejoint un réacteur thermique où la résine a servi de combustible. « A l’issue du process, notre prestataire obtient  de nouveau de la fibre de verre pure », précise la porte parole d’Engie Green.

Fondations retirées « le moment venu »

Quid des fondations ? « Elles ...