Eolien et biodiversité : la réglementation compte, l’état d’esprit aussi

Print Friendly, PDF & Email
France, Picardie, Somme (80), Saisseval, parc éolien, 5 éoliennes Enercon E 82 (vue aérienne) // France, Picardie, Somme, Saisseval, wind farm, 5 wind turbines Enercon E 82 (aerial view) (Crédit : wpd)

Les éoliennes sont-elles compatibles avec le respect de la biodiversité ? La réponse est… : « ça dépend ». Non pas du vent, mais de la qualité du projet, de sa situation et de la manière de le structurer. « Aucun développeur n’est tout noir ou tout blanc. Mais certains sont moins enclins que d’autres à franchir la ligne rouge », formule Geoffroy Marx, responsable du programme Energies renouvelables et biodiversité à la LPO (Ligue de protection des oiseaux). Une ligne qui correspond par exemple à la lisière des derniers refuges de biodiversité français, où la faune reste plus abondante qu’ailleurs : les zones de protection spéciale Natura 2000, lesquelles couvrent aujourd’hui 8% du territoire. Une autre mauvaise idée selon cette ONG environnementale ? Installer des turbines dans les forêts de feuillus encore bien fréquentées par les animaux.

« Ces mégawatts, nous les avons faits correctement »

« La compétition entre développeurs incite certains acteurs à précipiter le mouvement, à choisir des sites inappropriés », confirme de son côté Guillaume Wendling, directeur environnement et technique de WPD France, qui déclare  ...

Article précédent125 députés se mobilisent pour sauver la transition énergétique
Article suivantRemaniement : les chantiers que laisse (ou pas) Sébastien Lecornu [Dossier]