Eolien et biodiversité : la réglementation compte, l’état d’esprit aussi

Print Friendly, PDF & Email
France, Picardie, Somme (80), Saisseval, parc éolien, 5 éoliennes Enercon E 82 (vue aérienne) // France, Picardie, Somme, Saisseval, wind farm, 5 wind turbines Enercon E 82 (aerial view) (Crédit : wpd)

Les éoliennes sont-elles compatibles avec le respect de la biodiversité ? La réponse est… : « ça dépend ». Non pas du vent, mais de la qualité du projet, de sa situation et de la manière de le structurer. « Aucun développeur n’est tout noir ou tout blanc. Mais certains sont moins enclins que d’autres à franchir la ligne rouge », formule Geoffroy Marx, responsable du programme Energies renouvelables et biodiversité à la LPO (Ligue de protection des oiseaux). Une ligne qui correspond par exemple à la lisière des derniers refuges de biodiversité français, où la faune reste plus abondante qu’ailleurs : les zones de protection spéciale Natura 2000, lesquelles couvrent aujourd’hui 8% du territoire. Une autre mauvaise idée selon cette ONG environnementale ? Installer des turbines dans les forêts de feuillus encore bien fréquentées par les animaux.

« Ces mégawatts, nous les avons faits correctement »

« La compétition entre développeurs incite certains acteurs à précipiter le mouvement, à choisir des sites inappropriés », confirme de son côté Guillaume Wendling, directeur environnement et technique de WPD France, qui déclare ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.