EDF livre sa contribution à la PPE

Print Friendly, PDF & Email
(Source : EDF)

EDF ne s’est pas vraiment pressé pour publier son apport à la consultation sur la future Programmation pluriannuelle de l’énergie, se situant au 43e rang des contributeurs par ordre chronologique. Mais sa livraison de ce matin, consultable ci-dessous, est regardée de près par les pouvoirs publics, car le groupe veut y démontrer que si « l’électricité ne représente aujourd’hui que 25% des consommations finales d’énergie, cette part augmentera sensiblement au fil de la transition ».

Nucléaire flexible

Ses arguments [am4show have=’g1;g2;g4′ user_error=’Please_Upgrade’ guest_error=’Please_Subscribe’]portent sur les promesses de la demande de mobilité électrique, les limites de l’efficacité énergétique dans les bâtiments, le coût du biogaz et ses éventuels problèmes d’approvisionnement. Et sur les atouts d’EDF lui-même, dans les renouvelables – « EDF tient à renforcer sa présence dans les développements en France, dans les dizaines de GW qu’il faut déployer » – et dans leur cohabitation avec le parc nucléaire, qualifié de flexible. En 2050, « la France restera assise sur la complémentarité entre renouvelables et nucléaire, avec une part de renouvelables en forte hausse » écrit EDF, sans évoquer pour autant les exigences de la Loi pour la transition énergétique (50% d’électricité nucléaire dans le mix électrique). Le groupe réaffirme ainsi sa confiance dans la prolongation des centrales atomiques puis leur remplacement partiel par de nouvelles unités.


[/restrict-content]