La start-up Alevo à court de fonds pour ses batteries

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Alevo)

Malgré des débuts en fanfare, la jauge est vide chez la jeune pousse helvético-américaine Alevo. Cette socété spécialiste des batteries lithium fer phosphate a été placée le 18 août sous le chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites – soit une procédure entre le redressement judiciaire et la sauvegarde à la française. La technologie d’Alevo permet de déployer des réseaux de batteries à grande échelle pour compenser l’intermittence des énergies renouvelables.

« Alevo a été confrontée à des challenges significatifs en termes de production et à des revenus insuffisants pour poursuivre ses opérations », regrette la start-up basée à Concord (New Hampshire) dans un communiqué. Elle estime avoir mené une « recherche active » de nouveaux financements, sans succès.

1 Md$ levé en 2014

Fondée en...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.