26 start-up françaises des cleantech en quête de fonds (Premium)

Print Friendly, PDF & Email

Les futurs Google, Facebook ou autre Groupon des cleantech sont peut-être parmi les 26 jeunes pousses françaises recensées ci-dessous par GreenUnivers ! En pleine croissance, portées par la réglementation et les politiques publiques, les technologies propres suscitent la création de nombreuses start-up, dans tous les domaines : réseaux électriques intelligents (smart grid), énergies renouvelables, bâtiment vert, gestion et recyclage des déchets, eau, chimie verte, transport et mobilité propre… Ce sont bien souvent elles qui développent les innovations les plus prometteuses.

Les grands groupes ne s’y trompent d’ailleurs pas : ils s’y intéressent de plus en plus, à l’image de Schneider Electric qui multiplie les acquisitions ou encore de Veolia qui a mis en place le programme Veolia Innovation Accelerator pour collaborer avec des start-up. Une bonne nouvelle pour les investisseurs financiers qui accompagnent les premiers pas de ces jeunes sociétés et peuvent espérer trouver une sortie via le rachat de leurs participations par un industriel, à côté d’une possible introduction en Bourse.

Mais avant d’être convoitées, ces entreprises ont besoin de fonds pour innover et réussir leur décollage, surtout dans des secteurs gourmands en capitaux comme les cleantech. Beaucoup sont aujourd’hui à la recherche d’investisseurs financiers pour les épauler. Nous en avons recensées 26, en quête pour certaines de quelques milliers d’euros auprès de business angels et pour d’autres plus matures de plusieurs millions d’euros auprès de fonds de capital développement. La fourchette des fonds recherchés va de 250 000 euros à 50 millions ! Certaines espèrent boucler leur tour de table dans les prochaines semaines alors que d’autres engagent à peine leur recherche.

Du côté des secteurs, les énergies renouvelables (biogaz, solaire, petit éolien, énergies marines…) sont les plus représentées devant le smart grid et l’éco-mobilité. Mais des domaines plus traditionnels comme l’eau ou le recyclage sont aussi un terrain fertile pour les entrepreneurs.

Réseaux électriques intelligents (Smart grid) ...

  • Actility

Cette ambitieuse start-up, fondée par Olivier Hersent, un serial entrepreneur, se positionne à l’interface entre les télécoms et l’énergie avec des solutions M2M pour de nombreux marchés : smart grid, bâtiment intelligent, véhicules électriques… Créée en 2010, elle a déjà levé 3 millions d’euros en 2010 auprès du fonds Truffle Capital.

Objectif : 5 M€ d’ici à la fin de l’année

  • Fludia

Fondée en 2002 par Marc Bons, un spécialiste des courbes de consommation d’énergie, la société de Suresnes (Hauts-de-Seine) propose des solutions de mesure et d’analyse des consommations d’énergie et des prestations de sensibilisation. Elle cherche des fonds pour préparer de nouvelles applications côté R&D et pour renforcer ses relations avec ses partenaires commerciaux.

Objectif : 1 M€ dans les prochains mois

  • BNext Energy

Créée en 2010 par 3 associés, basée à Toulouse (Haute-Garonne), l’entreprise développe une solution de pilotage énergétique pour les bâtiments d’activité professionnelle.

Objectif : 350.000 à 400.000 € avant fin 2011 – 2ème tour plus conséquent prévu en 2012

  • GridPocket

Fondée par Filip Gluszak et Luc Juggery en 2009 à Sophia-Antipolis (Alpes-Maritimes), la société propose une plateforme logicielle de gestion énergétique, en marque blanche, à destination des opérateurs d’énergie. Elle a engagé récemment un projet pilote à Cannes.

Objectif : 250.000 € environ durant l’été 2011

Solaire

  • Exosun

Fondée en 2007, la société de Martillac (Gironde) est « le » spécialiste français des trackers solaires, ces systèmes de suivi du parcours du soleil destinés à améliorer le rendement des panneaux. Elle cherche à se développer à l’international en attendant que le marché français redémarre, d’où un nouveau tour de table. Elle a déjà comme actionnaire le fonds Crédit Agricole PE.

Objectif : environ 10 millions d’euros d’ici à l’automne

  • Heliotrop

Créée en 2009 et basée à Lyon (Rhône) et à Paris, le jeune pousse a créé un module photovoltaïque à haute concentration (HCPV). Elle a ouvert son capital à deux reprises à des business angels, en 2009 et 2010. Elle est détenue majoritairement par deux associés, Paul Bellavoine et Jean-Edouard de Salins.

Objectif : Moins de 2 M€ d’ici à la fin de l’année

  • SAED (Sophia Antipolis Energie Développement)

Fondée à Sophia Antipolis (Alpes-Maritimes) en janvier 2008, la société développe un concept de production d’énergie solaire thermique industrielle (80-130°C), et une technologie de stockage d’énergie pour des puissances de quelques kW à plusieurs MW thermiques. Elle a déjà collecté 1,6 million auprès de personnes physiques et 1,4 million de fonds publics.

Objectif : 1 M€ d’ici à l’été 2011, puis 2 M€ en 2012

  • Duosun

Créée en 2008 à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) par Francis Jarrier, Duoson est à l’origine d’un panneau solaire thermique innovant. Ce dernier est triangulaire et s’installe sous une gouttière par exemple. Pour son premier tour de table, elle recherche des fonds d’amorçage pour lancer son industrialisation.

Objectif : 400 000 € dès que possible

Petit éolien

  • Nheolis

Fondée par Nordine Haddjeri et basée à Aix-en-Provence (Bouche-du-Rhône), l’entreprise développe une turbine d’éolienne domestique, à axe horizontal, dont la particularité est d’être constitué de pales tridimentionnelles. L’entreprise a déjà levé 3 millions d’euros environ auprès de business angels.

Objectif : 5 M€ d’ici à décembre 2011

  • Eléna Energie

Créée en 2009, la start-up développe une petite éolienne baptisée turbolienne. À axe verticale, avec un design plutôt élégant, elle se présente comme une petite turbine d’avion. Elle se déploie aussi bien en campagne qu’en milieu urbain et péri-urbain.

Objectif : 1,5 M€ d’ici à mi-2012

Énergies marines

  • Sabella

Basée à Quimper (Finistère), l’entreprise développe une hydrolienne marine capable d’exploiter les courants marins, comme les marées, pour produire de l’électricité. Financée par des fonds publics du programme des Investissements d’avenir, elle e a sécurisé récemment 1,5 million d’euros auprès de son investisseur historique Saipem.

Objectif : 4 M€ dans les prochains mois

Bioénergie
  • Vuelto

La PME nantaise, qui a déjà levé 5 millions d’euros auprès de trois fonds, s’est d’abord développée dans le solaire avant de se diversifier dans les dispositifs d’assainissement de l’eau (micro stations d’épuration). Elle veut développer une offre complète à destination des agriculteurs et cherche des fonds pour se lancer dans la méthanisation à l’automne. 

Objectif : entre 25 et 50 M€ d’ici à la fin 2011

  • Exoès

La start-up de Martillac (Gironde), fondée en 2009, développe un système de micro-cogénération utilisant une source de chaleur renouvelable (biomasse, solaire…). Après avoir levé 300 000 euros auprès de business angels en 2010 et décroché une subvention de 400 000 euros dans le cadre du Concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies, elle a entamé une levée de fonds pour installer ses premiers projets pilotes en 2012 avant de passer le cap de l’industrialisation en 2014.

Objectif : 1 M€ dans les prochaines semaines

  • Microphyt

La société, créée en 2007 à Baillargues (Hérault), est spécialisée dans la culture de microalgues. Elle a mis en point un photobiorecteur tubulaire très spécifique. Elle a levé plusieurs centaines de milliers d’euros en 2009, notamment auprès de business angels et cherche des fonds pour se doter de photobiorecteurs supplémentaires et soutenir sa nouvelle technologie (projet Éthang).

Objectif : un tour complémentaire de 500.000 € d’ici à l’été 2011 + 2 M€ début 2012

Bâtiment vert

  • Lucibel

La jeune pousse de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), fondée en 2008 et spécialisée dans les LED (diodes électroluminescentes), se positionne comme un acteur intégré, qui conçoit, fabrique et commercialise ses systèmes d’éclairage. Dotée d’un outil industriel en Chine, elle veut donner un coup d’accélérateur et vise entre 10 et 15 millions d’euros de chiffre d’affaires cette année, après 1,5 million en 2010. Sa collecte de fonds est destinée à financer la montée en puissance sur le plan commercial et le programme de R&D-innovation.

Objectif : 4 M€ avant septembre 2011

  • Cases Home

Créée en 2009, la start-up conçoit et produit des constructions modulaire à ossature bois à hautes performances thermiques. Son activité s’amorce actuellement sur le marché des collectivités (écoles, crèches, bureaux, etc) et Cases Home vise les particuliers à moyen terme. Elle a engagé des discussions pour un premier tour de table.

Objectif : entre 500.000 € et 700.000 € au cours du 2e semestre 2011

Chimie verte

  • Biomiscanthus

Fondée en 2009 par René Marchal à Martigues (Bouches-du-Rhône), la société se positionne sur le marché des bioplastiques, biodégradables et compostables, issus de miscanthus, une plante vivace non alimentaire.

Objectif : 1 M€ d’ici à septembre

  • Natureplast

La société évolue dans le secteur des bioplastiques avec trois activités à destination des plasturgistes et autres acteurs du marché : une activité de laboratoire (R&D, formulation du mesure…), une activité produits (production de matière) et une activité de service (assistance technique, ingénierie de projet, formation…). Créée en 2006, elle cherche des fonds pour réaliser un investissement industriel associé à l’achat d’un bâtiment, pour la production de 500 à 1.000 tonnes de bioplastique par an.

Objectif : environ 1 M€ d’ici à mi-2012


Recyclage – Déchets

  • Innoveox

Créée en 2008, l’entreprise parisienne développe et commercialise une solution de traitement des déchets liquides et autres effluents industriels, grâce à une technologie d’oxydation hydrothermale supercritique.

Objectif : 10 à 15 M€ au second semestre 2011

  • Phytorestore

Fondée en 2004 et basée à Paris, l’entreprise est spécialisée dans la restauration des ressources par les plantes. Elle a développé un concept de « jardin filtrant » : un espace paysager réservé au traitement des pollutions de l’eau, de l’air et des sols par phytorestoration, grâce essentiellement à la technique des zones humides reconstituées. Elle a besoin de financer le développement de nouvelles filiales, notamment pour ses biofermes, un concept qui conjugue une pépinière de plantes dédiées à la dépollution, un centre de traitement des déchets organiques par jardin filtrant et un laboratoire consacré au traitement des pollutions (eaux, air et sols) par des solutions végétales.

Objectif : 4  M€ d’ici à fin 2011 ou fin 2012.

  • Canibal

La jeune entreprise installée à Suresnes (Hauts-de-Seine) organise le recyclage des emballages boissons avec un collecteur qui se veut intelligent et ludique. Après un tour de table « friends and family » en 2010, elle a démarré la fabrication des pré-séries et installé ses premières machines en test en Ile-de-France. Alors que la production des premières séries démarre, sa nouvelle levée de fonds est destinée à financer le déploiement de son offre au niveau national et à renforcer ses fonds propres pour sécuriser ses partenaires.

Objectif : 1 M€ d’ici au 30 septembre 2011

Transport

  • Société du taxi électrique parisien (STEP)

Cette start-up veut développer la première flotte de taxis parisiens 100% électriques. Elle compte racheter des licences de taxis existants et installer une centaine de bornes de recharge dans la capitale. Elle négocie actuellement les autorisations avec la Préfecture et espère être opérationnelle au 4e trimestre 2011.

Objectif : 13 M€ d’ici à l’automne.

  • Muses

La société de Conflans Sainte-Honorine (Yvelines), fondée en 2008, a développé le projet Moov’eco, une plate-forme électrique à quatre roues motrices et aux dimensions d’une petite citadine qui présente l’originalité de s’adapter à différents usages en milieu urbain. Un premier tour de table de 500 000 euros auprès de business angels et de PME partenaires lui a permis de financer les prototypes. Après une nouvelle levée de 300 000 euros auprès de ses actionnaires historiques en juin, elle a besoin de nouveaux fonds pour passer au stade de l’industrialisation et produire 120 véhicules en 2012.

Objectif : 700 à 800 000 € d’ici à la fin de l’année

  • Deways

L’entreprise développe une plateforme internet d’intermédiation entre les particuliers pour la location de voiture sur la base du concept d’autopartage entre particuliers. Fondé en 2010, le site Deways.fr est l’un des pionniers en France sur ce secteur. Il est édité par la start-up parisienne City-M.

Objectif : inférieur à 1 M€ (premier tour de table) au second semestre 2011

Eau

  • Water World Solution

Fondée en 2006, la société d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) a mis au point une machine, Eauxygen, produisant de l’eau pure à partir de la vapeur contenue dans l’air. Un bon moyen de lutter contre la manque d’eau potable. Elle a commencé la production avec des sous-traitants français mais souhaite produire des machines plus petites en propre. Pour monter sa première usine, qui pourrait créer plus de 20 emplois dès la première année, son fondateur Michel Poyet cherche à réaliser son premier tour de table.

Objectif : 3 M€ d’ici à fin 2011

  • TMW

À l’origine, cette start-up parisienne, fruit du rapprochement entre 3MW et TET, misait principalement sur le dessalement de l’eau de mer. Elle réoriente aujourd’hui sa stratégie pour attaquer aussi le marché du pré-traitement des effluents industriels. Elle a déjà plusieurs fois collecté des fonds auprès de personnes privés, dont 400.000 euros en mars dernier.

Objectif : 2 M€ d’ici à octobre 2011