IBM veut votre ordinateur pour trouver « la » cellule solaire en plastique

Print Friendly, PDF & Email

 

IBM, omniprésent dans la recherche sur les cellules solaires,  croit aux cellules photovoltaïques en plastique, qui pourraient être moins chères et utilisables sur toute sorte de support, mais pour l’instant à très faible rendement puisqu’elles ne transforment en électricité que 5% de la lumière solaire. Aussi le groupe et des chercheurs de Harvard ont lancé un projet de calcul distribué, le Clean Energy Project, pour identifier des matériaux plus efficaces.

Le calcul distribué consiste à utiliser les ordinateurs de tout un chacun pour cumuler une puissance de calcul colossale: vous téléchargez un petit programme, et dès que votre PC n’est plus utilisé, il se met à calculer à toute vitesse pour le compte du programme. le plus connu étant le célèbre programme Seti de repérage des extraterrestres.

Le Clean Energy Project vise à tester numériquement les propriétés de cent mille structures moléculaires différentes pour détecter les plus prometteuses, et se passer de prototypes coûteux. L’objectif est de faire grimper à 10% le rendement des cellules solaires en plastique, similaire à celui des cellules PV à couche mince, qui sont fabriquées à base de divers métaux rares. IBM estime que cela pourrait permettre de parvenir à un résultat en 2 ans, en gagnant 20 ans.

Les résultats de ces calculs seront transmis à une base de données qui sera ouverte à tous les scientifiques de la planète. Le programme (6 Mo) est disponible pour Windows, Mac OS et Linux et s’installe en une minute comme économiseur d’écran.

Ce programme s’inscrit dans le cadre du  World Community Project,qui offre des programmes de calculs distribués sur divers sujets, comme la recherche sur l’amélioration du riz, contre le cancer, le paludisme et le sida, sans oublier la chasse aux extraterrestres.

Mais c’est une nouvelle avancée d’IBM dans le solaire, où il mène plusieurs projets de recherche, notamment sur le solaire à couche mince CIGS (à base de cuivre, indium, gallium et selenium) et les concentrateurs solaires. Toujours dans le domaine énergétique, IBM se développe aussi dans les logiciels de gestion intelligente des réseaux électriques, où il a tout récemment conclu un partenariat avec EDF.

Article précédentEurope, Chine, USA, l’avenir est aux «supergrids»
Article suivantJackpot pour les chauffe-eau solaires chinois