Les compagnies aériennes misent sur les biocarburants

Print Friendly, PDF & Email

Air France-KLM avec huit autres compagnies (Virgin, Japan Airlines…), le constructeur aéronautique Boeing et Universal Oil Poducts, une filiale d’Honeywell spécialisée dans les technologies de raffinage, s’engagent dans la promotion des biocarburants de deuxième et troisième générations.

Ces entreprises ont signé une charte avec des ONG (WWF, NRDC…) pour aider au développement, à la certification et à l’usage des biocarburants dans des conditions respectueuses de l’environnement et du développement économique et social : les biocarburants devront être de sources renouvelables, consommés peu de terre, d’eau ou d’énergie et ne pas entrés pas en concurrence avec la filière agroalimentaire.

Deux projets de recherche sont lancés : le premier, mené avec l’université de Yale, aux Etats-Unis, porte sur l’analyse des qualités environnementales de la plante « jatropha curcas » (utilisée comme biocarburant) dans les pays en voie de développement. Le second, conduit par l’ONG Natural Resources Defense Council, vise à s’assurer que le carburant produit à partir d’algues soit compatible avec les engagements de la charte.

Cette annonce intervient après plusieurs autres initiatives dans le secteur aérien : Virgin a réalisé, en février dernier, le premier vol commercial d’un Boeing 747 alimenté par 20% d’un biocarburant issu d’un mélange d’huile de noix de babassu et de noix de coco, associé à du kérosène traditionnel pour 80%. Et Japan Airlines travaille avec Boeing à la préparation d’un vol d’essai avec un appareil alimenté partiellement par du biocarburant (de l’éthanol cellulosique).

Le secteur aérien doit intégrer en 2012 le système d’échange de quotas de CO2 mis en place par l’Union européenne, ce qui va contraindre les compagnies à réduire leurs émissions si elles veulent éviter une trop lourde facture.